/sports/tennis
Navigation

Des célébrités amoureuses du tennis

ARTS-GALA ARTIS 2016
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

La pluie et les nuages gris qui ont envahi le stade Uniprix lundi n’ont pas empêché quelques personnalités d’ici de vivre une journée ensoleillée en frappant plusieurs balles jaunes à l’occasion d’un match amical tenu en marge de la Coupe Rogers, un incontournable de la vie montréalaise à leurs yeux.

Les comédiens Chantal Fontaine et Marc Messier, ainsi que l’ancien gardien José Théodore et l’attaquant des Canucks de Vancouver Alexandre Burrows figuraient parmi les joueurs d’occasion qui ont impressionné les nombreux curieux venus assister à leurs prouesses aux abords d’une surface intérieure.

Cependant, ce qui importait le plus était le plaisir de jouer et de pratiquer un sport des plus appréciés en bonne compagnie.

«Les membres de ma famille sont des amateurs assidus de tennis, et ce, depuis que je suis enfant. Tous les dimanches, on écoutait Yvan Ponton et Hélène Pelletier à la télévision! Alors, inutile de dire que je suis très heureux d’être ici!» s’est exclamé le porte-parole du tournoi 2016, Éric Bruneau, après avoir sué à grosses gouttes sur la terre battue.

«C’est vraiment plaisant de vivre cet engouement et c’est un super événement pour ­Montréal. On a le Canadien, les Alouettes, ­l’Impact, la Formule 1 et surtout la Coupe ­Rogers, a-t-il poursuivi. Avec Milos Raonic, qui est dans les 10 premiers au monde et Eugenie (Bouchard) qui performe bien, ça s’annonce très bien pour le tennis canadien.»

Nouvelle passion

Pour sa part, Théodore est conscient de l’importance de la Coupe Rogers puisqu’il a eu le coup de foudre pour le tennis une fois sa carrière de hockeyeur professionnel terminée. Il ne regrette pas son choix, d’autant plus qu’il partage cet amour pour ce sport avec sa fille âgée de 10 ans.

«J’ai commencé il y a environ trois ans. C’est une passion qui s’est développée sur le tard», a-t-il admis.

«Le tennis m’a aussi fait vivre de belles expériences. J’ai pu jouer contre Ivan Lendl et je connais bien Craig Wittus (un Américain qui a occupé le 94e rang de l’ATP en 1983), sans compter que j’ai rencontré Rafael Nadal deux fois et que j’ai vu des matchs des ­Internationaux des États-Unis à New York.»

Présent au stade Uniprix, le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Dion, est heureux de voir les joueurs québécois se démarquer sur la scène internationale, ce qui contribue à faire connaître le tennis localement.

«On espère de tout cœur qu’Eugenie ­Bouchard et Françoise Abanda, sans oublier Aleksandra Wozniak, gagneront beaucoup de matchs. Et c’est agréable de voir les nôtres, autant chez les gars que du côté des filles, connaître du succès. Il faut rappeler que notre relève est également forte», a-t-il déclaré, tout en soulignant l’entente de diffusion de cinq ans liant la chaîne TVA Sports à la Coupe Rogers.