/sports/tennis
Navigation

Strycova patiente et gagnante

Coup d'oeil sur cet article

La Tchèque Barbora Strycova a dû user de beaucoup de patience pour finalement savourer la victoire aux dépens de la Française Caroline Garcia dans un match de premier tour de la Coupe Rogers interrompu à quatre reprises, lundi au stade Uniprix.

Ayant dû composer avec les caprices de dame Nature, la 22e raquette mondiale n’a pas à rougir de son triomphe de 2-6, 6-3 et 6-3 contre sa rivale classée au 31e échelon de la WTA.

La pluie intermittente a été à l’origine de nombreux changements de rythme, chaque joueuse enlevant quelques jeux consécutifs à tour de rôle. Cependant, la représentante de l’Hexagone a croulé en bousillant trois balles de bris durant le set ultime, concédant éventuellement trois jeux d’affilée et la rencontre.

«Ces arrêts ont rendu la vie difficile à tout le monde, mais j’étais prête pour ça. L’important dans cette situation est de manger et de garder le corps à une température idéale. Toutefois, j’aurais préféré un plus long délai afin de bénéficier d’un repos plus salutaire, a-t-elle déclaré. Le moment clé a été ces occasions de briser qu’elle a ratées. Mon service ne fonctionnait pas bien et elle retournait efficacement. Néanmoins, je suis restée concentrée et j’ai placé mes balles en jeu.»

Spectateur désagréable

Aussi, Strycova aimerait bien que certaines villes, dont Montréal, se dotent d’une infrastructure à toit rétractable, question de limiter le nombre de délais reliés aux conditions météorologiques.

«Aux Internationaux des États-Unis et à Wimbledon, on a la possibilité de réduire les problèmes. Regardez ce qui se passe aujourd’hui avec une fille comme Petra (Kvitova). Elle a dû attendre à 20 h et plus avant d’entamer son match. Ça devient très difficile physiquement», a-t-elle ajouté.

En plus d’affronter une athlète tenace et des nuages gris peu conciliants, Garcia a eu à proximité d’elle un adversaire inattendu. En effet, un spectateur visiblement trop bruyant à son goût lui a fait perdre patience au deuxième set. Avant que l’individu soit cavalièrement chassé des lieux, elle a eu le temps de lui lancer un «Ta geu..., pu...!» bien senti.

«Ce n’est pas la première fois que ça survient et les gens ont aussi le droit d’applaudir. Mais cet homme n’était pas clean, je pense qu’il avait bu! Disons que nous n’étions pas contentes, car il criait pendant le jeu», a-t-elle indiqué, tout en spécifiant ne pas avoir perdu sa concentration.

Voyage vers Venus

Malgré cette mésaventure, l’athlète de 22 ans est heureuse d’avoir reçu un laissez-passer pour le tournoi, une rareté pour une joueuse provenant de l’extérieur. Sa présence vaudra d’ailleurs à une Canadienne une invitation pour les Internationaux de France 2017.

«Je suis très contente d’avoir eu l’opportunité de m’exprimer sur le terrain et ça m’a donné envie de gagner encore plus, a-t-elle émis. Mais il y a eu de bonnes choses aujourd’hui [hier] et des mauvaises. C’est la troisième fois que je joue contre elle cette année et je n’ai pas gagné.»

Quant à Strycova, sa tâche risque d’être davantage ardue au deuxième tour, car l’Américaine Venus Williams sera de l’autre côté du filet.

«C’est une grande championne et une guerrière. À 36 ans, ce qu’elle fait est incroyable! a-t-elle commenté. En la voyant à l’œuvre, ça me dit que je peux encore jouer 5-6 ans!»