/news/politics
Navigation

Loi antiterroriste C-51: le NPD accuse les libéraux de se traîner les pieds

Coup d'oeil sur cet article

Accusant le gouvernement Trudeau de tarder à donner suite à sa promesse de modifier la controversée loi antiterroriste C-51, le NPD entend agir en déposant un projet de loi visant à la renverser.

Le député et porte-parole néo-démocrate en matière de sécurité publique, Randall Garrison, a annoncé son intention, mercredi, de déposer un projet de loi en ce sens dès la reprise des travaux parlementaires aux Communes cet automne.

Le NPD souhaite abroger cette loi adoptée par le gouvernement Harper dans la foulée de l’attaque survenue au Parlement il y a près de deux ans. La mesure législative accorde plus de pouvoirs aux espions et aux policiers pour lutter contre le terrorisme et permet notamment un plus grand partage de renseignements entre les institutions fédérales.

Si les libéraux avaient voté en faveur de C-51, ils avaient toutefois promis de modifier les dispositions plus controversées une fois portés au pouvoir. Ils disaient ainsi vouloir «renforcer notre sécurité tout en protégeant nos droits et libertés».

En juin dernier, le gouvernement Trudeau a déposé un projet de loi aux Communes visant à créer un comité parlementaire chargé de surveiller les opérations des espions canadiens. Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, avait alors indiqué que si ce comité constituait la «pierre angulaire» de sa réponse à la loi 51, d’autres initiatives gouvernementales suivraient ultérieurement.

M. Garrison doute cependant de l’indépendance de ce futur comité multipartite, faisant valoir qu’il se rapportera au premier ministre plutôt qu’à la Chambre des communes.