/finance/business
Navigation

Un industriel éolien embauche à Gaspé

Des dizaines de nouveaux emplois à pourvoir chez LM Wind Power

Alexandre boulay, Directeur de l’usine
Photo courtoisie Alexandre boulay, Directeur de l’usine

Coup d'oeil sur cet article

GASPÉ | Malgré l'absence de nouveaux appels d'offres pour des parcs éoliens au Québec, un industriel éolien de Gaspé souhaite embaucher des dizaines de nouveaux employés pour fabriquer des pales d’éoliennes destinées à l’exportation.

Sur le site de la compagnie et sur plusieurs sites spécialisés d’embauche, LM Wind Power de Gaspé est présentement en recrutement afin de pourvoir plusieurs postes, notamment de journaliers de production.

Au printemps, le directeur de l’usine de fabrication de pales d’éoliennes, Alexandre Boulay, avait confié qu’il craignait de devoir ralentir sa production et qu’il mettrait tous ses efforts pour développer des perspectives d’avenir à l’étranger, notamment du côté des États-Unis.

L’entreprise aurait besoin de plusieurs dizaines de nouveaux employés, mais le nombre exact n’est pas connu pour l’instant.

Possiblement 85 emplois

Sans pouvoir confirmer à la place de l’entreprise, Dave Lavoie, directeur du Créneau éolien ACCORD, a parlé de 85 emplois annoncés en indiquant que cette nouvelle d’embauches était de bon augure. Il a par ailleurs indiqué que le démarchage intensif des promoteurs de projets et des industriels de l'éolien du Québec vers les marchés étrangers semblent ouvrir de belles perspectives.

Moins cher que l’hydroélectricité

Depuis l’annonce de la politique énergétique 2016-2020, qui a mis un frein au développement éolien en sol québécois, tant que la province sera en surplus d’électricité, les développeurs et fabricants éoliens se tourneront vers l'exportation pour assurer leur pérennité et consolider les 5000 emplois québécois générés par cette industrie.

«Si on allait en appel d'offres aujourd’hui, compte tenu de la compétition féroce dans l’industrie et de la technologie ainsi que de l'expertise de pointe développée ici, on pourrait offrir un prix entre 5 et 6 ¢/kWh», a assuré le représentant de l’industrie en notant que le dernier appel d'offres éolien est sorti à 6,3 ¢/kWh, soit presque deux points de moins que les derniers coûts de production annoncés pour les projets hydroélectriques.

Dave Lavoie a ajouté que l’industrie s’attend de pouvoir saisir des occasions du côté du Mexique, de l’Amérique du Sud et de l’Ouest canadien dans la prochaine année en se disant très impatient par ailleurs de voir Québec concrétiser enfin l'entente avec la nation innue, annoncée en 2013 et confirmée en décembre 2015, afin de compléter le 200 MW restant de la stratégie énergétique 2006-2015 par la construction d’un parc éolien sur la Côte-Nord en territoire autochtone.