/entertainment/comedy
Navigation

Aiderez-vous Safarir à livrer un dernier numéro?

Le magazine demande l’aide du public pour produire un 300e numéro.

Couverture du numéro 299 de Safarir.
Photo Archives Couverture du numéro 299 de Safarir.

Coup d'oeil sur cet article

Lundi, le magazine satirique Safarir annonçait qu’il tirait sa référence, faute de revenus suffisants, après 299 numéros. Une nouvelle qui a étonné et attristé moult fans d’humour qui suivaient la publication depuis ses débuts en 1987.

Or, aujourd’hui, le rédacteur en chef Michel Bouchard lance une initiative qui pourrait consulter les lecteurs qui trouvent cette finale un peu trop abrupte.  «C'est plate un chiffre qui n'est pas rond», note-t-il sur la page Kickstarter de son projet: «SAFARIR #300: Un dernier numéro pour la postérité!»

Ainsi, Bouchard et ses collègues se donnent 59 jours pour cumuler la somme de 55 000$ afin de produire un 300e numéro de 300 pages qui réunirait plusieurs des artisans passés et présents de Safarir.

«Les dollars recueillis serviront de mise de fonds pour la publication et les profits seront remis sous forme d'une bourse pour la relève dans la bande dessinée québécoise. PERSONNE ne touchera un seul dollar pour la mise sur pied et la production de l'album. Le tout est fait à titre bénévole», précise-t-il également.

Des cadeaux pour «malades mentaux»!?

Safarir oblige, même l’annonce d’un tel projet se fait dans l’humour. Ainsi, dans la section où les donateurs peuvent choisir des récompenses selon les sommes de leurs dons, on retrouve le forfait «le malade mental» qui peut être recueilli en versant 8 000$ au projet.

«Si vous procédez à un don de 8 000$, vous obtiendrez toutes les récompenses citées plus haut, en plus d'être fait chevalier d'honneur Safarir. Vous aurez aussi droit à des conseils psychologiques... Mettons!», y note-t-on.