/news/currentevents
Navigation

Tuée par un boxer plutôt qu'un pitbull?

Christiane Vadnais
Photo courtoisie Christiane Vadnais

Coup d'oeil sur cet article

Le chien qui a sauvagement mordu à mort une femme de Pointe-aux-Trembles en juin serait un boxer et non un pitbull, selon un permis animalier obtenu par TVA Nouvelles.

En effet, le document rempli en février 2011 à l’arrondissement d’Anjou par son propriétaire, Franklin Junior Frontal, présente le chien prénommé Lucifer comme un boxer. L’animal n’avait pas de micropuce et n’était pas stérilisé.

La mort tragique de Christiane Vadnais, âgée de 55 ans, sous les crocs de l’animal présenté comme un pitbull par des sources policières, a semé l’inquiétude partout au Québec, alors que plusieurs politiciens prônaient une interdiction de ce type de chiens.

Anti-pitbulls

 

Sébastien Larabée, éducateur canin
Photo courtoisie
Sébastien Larabée, éducateur canin

À Montréal, le maire Denis Coderre avait fait part de son intention de bannir les pitbulls sur l’île. Même le premier ministre Philippe Couillard avait laissé entendre qu’une interdiction de pitbulls était envisageable au Québec.

Toutefois, le propriétaire du chien n’a jamais réfuté la race de son animal.

Jointe au téléphone vendredi, son avocate Audrey Amzallag ignorait la race du chien, qui avait dû être abattu par les policiers. Elle n’en avait jamais discuté avec son client, à qui elle n’avait pas parlé depuis longtemps, s’est-elle contenté de dire.

Dur à identifier

Pour l’éducateur canin Sébastien Larabée, cette incertitude autour de la race de l’animal confirme «qu’on se trompe de cheval de bataille depuis le début».

Selon lui, plutôt que de bannir les pitbulls, il faut cibler le chien au comportement dangereux, peu importe la race.

«Il n’y a pas non plus de mesures sérieuses de vérification», ajoute-t-il, lorsque vient le temps d’obtenir un permis d’une municipalité.

D’ailleurs, Me Sophie Gaillard de la SPCA de Montréal soutient que la décision de la race revient au propriétaire lorsqu’il enregistre son chien.

«C’est extrêmement difficile d’identifier visuellement la race d’un chien, même pour les experts», dit-elle.

De plus, les pitbulls ne sont pas une race, poursuit Me Gaillard, mais ils désignent divers croisements.

Pour l’expert en comportement canin Michel Lacasse, les chiens qui mordent devraient être évalués par un vétérinaire, peu importe la race.

«Après le printemps anti-pitbull que nous avons connu, il faut plutôt resserrer les règles pour tenir les chiens en laisse et avoir des amendes plus salées pour les contrevenants», explique-t-il.