/news/consumer
Navigation

Se nourrir de produits locaux coûte 25% plus cher

La variété est également loin d’être au rendez-vous

Se nourrir de produits locaux coûte 25% plus cher
Photo Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Une famille de Québec a constaté que se nourrir de produits locaux était un véritable défi. En plus d’être 25 % plus cher, la variété est loin d’être au rendez-vous dans les épiceries.

Pendant quinze jours, Le Journal a analysé le panier d’épicerie d’une famille de deux adultes et de trois enfants dont la mission consistait à prioriser les aliments du Québec.

Une famille de Québec, représentée en avant-plan par Malik et Sarah-Jade et, en arrière-plan, par Nicolas Roy (beau-père), Catherine et Mélianne, a dû payer plus cher pour se nourrir avec des aliments locaux.
Photos Diane Tremblay
Une famille de Québec, représentée en avant-plan par Malik et Sarah-Jade et, en arrière-plan, par Nicolas Roy (beau-père), Catherine et Mélianne, a dû payer plus cher pour se nourrir avec des aliments locaux.

«C’est plus difficile que je pensais. Je croyais que les produits seraient mieux identifiés», a confié Catherine Caron, mère de famille et éducatrice spécialisée.

En excluant certains types de denrées comme la viande, Mme Caron a tout de même dû débourser près de 25 % de plus en moyenne pour nourrir sa famille.

Les achats ont été réalisés dans un supermarché de son choix (IGA) les 27 juin et 5 juillet dernier. Le comparatif a été établi à partir d’une liste d’une vingtaine de produits, sans tenir compte également des fruits et des légumes dont les prix sont trop tributaires des saisons.

«Je m’attendais à ce que les produits du Québec soient plus chers, mais je ne pourrais pas me permettre de faire ces choix-là tout le temps», a affirmé Mme Caron.

Cette dernière se dit prête à faire son effort de guerre pour encourager la consommation locale, mais à une condition: que le portefeuille n’en souffre pas.

«C’est très égoïste, mais je vais d’abord penser à ma famille. Je n’ai pas de contrôle sur l’hypothèque, mais j’en ai un sur l’épicerie. Je ne vois pas pourquoi je me priverais d’économiser là où c’est possible.»

Inévitable, selon un expert

Pour Sylvain Charlebois, doyen de la Faculté de gestion de l’Université Dalhousie, les écarts de prix sont inévitables.

«Les produits locaux vont toujours coûter plus cher parce que le consommateur ne bénéficie pas des économies d’échelle que les grandes productions procurent au détail. On a un climat nordique et on compte huit millions de consommateurs au Québec, il est très difficile de compétitionner contre d’autres économies comme les États-Unis, le Mexique ou l’Asie», a-t-il noté.

Selon lui, les Québécois restent de manière générale plus sensibles à la provenance des aliments. Même Walmart Canada a adapté sa stratégie pour faire la promotion des produits québécois.

Outre les prix plus élevés, le temps nécessaire à la lecture de chaque étiquette a rendu l’expérience éprouvante pour la jeune maman qui a dû consacrer plus de deux heures de son précieux temps pour faire ses emplettes.

Étiquetage

Difficile à décoder

Bien qu’il existe des lois au Canada encadrant l’étiquetage des produits, il faut faire preuve de perspicacité pour connaître l’origine exacte de ce qui entre dans notre assiette.

Les multinationales sont très souvent évasives sur la provenance des aliments. Fréquemment, l’adresse qui apparaît sur l’emballage est celle du centre de distribution, rarement celle du lieu de fabrication. La nuance est importante, car entre les deux, le produit peut avoir parcouru des milliers de kilomètres. Par exemple, lorsque Le Journal a contacté Unilever pour connaître l’origine de la crème glacée Breyers, la seule certitude que nous avons obtenue est que le produit est fabriqué en Amérique du Nord.

Autre cas, celui de Kraft qui n’a jamais voulu confirmer le lieu de production du fromage P’tit Québec, qui comme nous l’avons appris au cours de nos recherches, est fabriqué en Ontario. La compagnie préfère taire cette information pour des «raisons de sécurité».

Fabrication

Explosion du nombre d’entreprises

L’achat local est plus qu’une mode passagère, si l’on se fie aux statistiques. Le nombre d’entreprises qui paient le droit d’utilisation du nom Aliments du Québec a littéralement explosé au cours des dernières années.

En 2010, l’organisme comptait dans ses rangs 516 entreprises.

Aujourd’hui, elles sont près de 1000 PME à produire ou à transformer des produits du Québec. Cela se traduit par près de 20 000 produits certifiés disponibles sur les tablettes des supermarchés.

Chaque mois, de nouvelles entreprises se joignent au mouvement initié en 1996 par la filière agroalimentaire québécoise pour promouvoir les produits locaux.

Selon une étude effectuée par la Chaire Bombardier sur la gestion de la marque de l’Université de Sherbrooke, réalisée en 2009, le fait d’afficher le logo Aliments du Québec augmente les parts de marché de 2,8 % par année. Cette marque jouit d’ailleurs d’un taux de notoriété de 94 % auprès des consommateurs québécois.

Les produits québécois VS les produits d'ailleurs

MÉTHODOLOGIE: Nous avons comparé les prix des produits que la famille achète habituellement avec leur équivalent produit au Québec. Lorsque les quantités n'étaient pas les mêmes, nous avons calculé le prix correspondant à la même quantité.

BACON

  • Produit originaire du Québec: Compliments 6,29 $ /500 g
  • De l'extérieur du Québec: Maple Leaf 3,99 $/ 375 g
  • Écart en %: +18 %

VINAIGRETTE

  • Produit originaire du Québec: César Maison Orphée 3,99 $/250 ml
  • De l'extérieur du Québec: César Kraft 1,49 $/250 ml
  • Écart en %: +168 %

FROMAGE

  • Produit originaire du Québec: Mozarella Compliments 4,99 $ /450 g
  • De l'extérieur du Québec: Petit Québec 8,29 $ /460 g
  • Écart en %: -38 %

MOUTARDE DE DIJON

  • Produit originaire du Québec: Maison Orphée 2,99 $/250 ml
  • De l'extérieur du Québec: Maille Dijon originale 5,99 $/500 ml
  • Écart en %: 0 %

BOUILLON DE POULET

  • Produit originaire du Québec: St-Hubert 2,10 $/900 ml
  • De l'extérieur du Québec: Compliments 1,49 $/ 900 ml
  • Écart en %: +47 %

CREVETTES

  • Produit originaire du Québec: Crevettes de la Gaspésie 12,99 $/ 400 g
  • De l'extérieur du Québec: Crevettes du Vietnam 6,99 $ / 454 g
  • Écart en %: +111 %

SAUCE À LA VIANDE

  • Produit originaire du Québec: Jardins Saint- Antoine 7,59 $/ 800 ml
  • De l'extérieur du Québec: Classico Bolognaise 3,49 $/650 ml
  • Écart en %: +77 %

MUFFINS ANGLAIS

  • Produit originaire du Québec: Pom 3,29 $/6 unités
  • De l'extérieur du Québec: Compliments 2,49 $/ 6 unités
  • Écart en %: +32 %

FROMAGE À LA CRÈME

  • Produit originaire du Québec: Laliberté 3,59 $ /250 g
  • De l'extérieur du Québec: Compliments 4,19 $/340 g
  • Écart en %: +16 %

BARRES TENDRES

  • Produit originaire du Québec: Vital Duo Chocolat Leclerc 2,49 $/168 g (6 barres)
  • De l'extérieur du Québec: Nature Valley Lunch box double chocolat 2,99 $/130 g (5 barres)
  • Écart en %: -36 %

BISCUITS

  • Produit originaire du Québec: Vital morceaux de chocolat noir 70% cacao de Leclerc 2,49 $/ 300 g
  • De l'extérieur du Québec: Chips Ahoy 2,99 $/ 300 g
  • Écart en %: -17 %

PÂTES ALIMENTAIRES (COQUILLES)

  • Produit originaire du Québec: Catelli 1,99 $/ 500 g
  • De l'extérieur du Québec: Primo 3,29 $/ 900 g
  • Écart en %: +9 %

SAUCE À PIZZA

  • Produit originaire du Québec: Mikes 1,59 $ / 240 ml
  • De l'extérieur du Québec: Gattuso 2,20 $/ 398 ml
  • Écart en %: +20 %

(LES PRIX ONT ÉTÉ COMPARÉS POUR DES QUANTITÉS ÉGALES)

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.