/entertainment/shows
Navigation

Le triomphe

Coup d'oeil sur cet article

«La dernière fois qu’on s’est vus, c’était dans des circonstances tristes, mais ce soir, je tiens à vous offrir un spectacle heureux», a lancé Céline Dion en début de soirée dimanche au Centre Bell. La chanteuse a tenu parole. Son spectacle était effectivement lumineux, mais également grandiose, émouvant et vivant. Un triomphe à tout point de vue.

L’accueil du public
 
photo JOEL LEMAY, agence qmi

Difficile de trouver les mots justes pour décrire l’accueil que Céline Dion a reçu dimanche soir du public québécois. Il y avait de l’électricité dans l’air bien avant le début du concert, mais ce n’était rien comparativement au moment où l’artiste est apparue sur scène, toute de blanc vêtue, après avoir entonné Trois heures vingt a capella dans l’ombre. Jamais n’a-t-on observé (et surtout entendu) pareil débordement de joie en lever de rideau. Aux quatre coins du Centre Bell, les gens hurlaient, sautillaient, applaudissaient à tout rompre, envoyaient la main et même pleuraient. Un moment d’une très grande émotion, cinq mois après son précédent passage à Montréal.

André-Philippe Gagnon ovationné

Assurant la première partie du spectacle, André-Philippe Gagnon a offert – comme promis – un «voyage musical à travers les décennies, de Elvis à Yoan». L’imitateur a rempli son mandat sans difficulté, celui de réchauffer une salle déjà surexcitée. André-Philippe Gagnon a enfilé les imitations pendant une trentaine de minutes. Un sprint frénétique comprenant des classiques internationaux éprouvés (Barry White, Joe Cocker et Mick Jagger, toujours aussi efficace, particulièrement la gestuelle), quelques nouveautés à peaufiner (Milky Chance, Sam Smith, Maroon 5) et plusieurs Québécois (Richard Desjardins, Harmonium, Patrice Michaud, Kaïn). Divertissante, sa prestation a été chaudement ovationnée.

Les chansons

Comme elle l’avait annoncé en ouverture de soirée, Céline Dion a offert un concert presque identique à celui qu’elle avait proposé à Anvers et Paris en juin et juillet. Un seul changement: Ziggy a été retiré du programme au profit d’À la plus haute branche, un extrait inédit du nouvel album à paraître le 26 août. Chanson gagnante du concours populaire qu’elle avait lancé l’an dernier, cette touchante ballade acoustique du Québécois Daniel Picard a reçu – avec raison – un chaleureux accueil, tout comme Ordinaire, sa relecture du classique de Robert Charlebois, particulièrement pétaradante sur scène, gracieuseté d’un imposant orchestre de cordes dirigé de main de maître par Scott Price. Des moins connus aux plus grosses bombes, chaque morceau a récolté un tonnerre d’applaudissements. Parmi les acclamations les plus nourries du concert, citons celles pour L’amour existe encore, Pour que tu m’aimes encore et My Heart Will Go On.

Une voix

Dépouillé d’artifices, le spectacle n’en est pas moins grandiose et puissant. Tout ça, grâce au majestueux instrument de Céline Dion: sa voix. Puissante, juste et plus vivante que jamais, elle s’est déployée sur plusieurs titres exigeants sans jamais flancher, à commencer par Because You Loved Me, The Power of Love et It’s All Coming Back To Me Now, trois power ballades chouchous du public. Et pendant Purple Rain de Prince, elle a atteint des notes qui donnaient le vertige.

LE VERDICT

Céline Dion a offert un concert généreux (une trentaine de chansons) et surtout, personnel. Alors qu’à Las Vegas, elle enfile les hits pour plaire aux visiteurs, dimanche soir, on sentait qu’elle se faisait plaisir en livrant des morceaux qui l’interpellent particulièrement. Pas nécessairement des mégas bombes, mais toutes des pièces de grande qualité. Sa joie à interpréter ces titres était contagieuse. Il fallait la voir rayonner durant son pot-pourri acoustique composé d’Apprends-moi, Tous les secrets, Ne bouge pas et Valse adieu.

Céline s’est livrée non seulement en chansons, mais en paroles. Entre deux titres, l’étoile a notamment révélé qu’elle profitait de l’été québécois avec ses fils, René-Charles, Eddy et Nelson. «Les enfants ont découvert ce que ça voulait dire d’aller jouer dehors, la pêche, la chasse aux grenouilles, les pissenlits... J’te dis que j’en ai des bouquets des fleurs. On a un beau coin de pays, on devrait en être très fier!»

Professionnelle jusqu’au bout des ongles, la superstar n’a craqué qu’une fois, avant d’entamer le refrain de Et je t’aime encore. Témoin du trop-plein d’émotions, les spectateurs ont aussitôt lancé «On t’aime Céline!» pendant que l’idole essuyait ses larmes.

«Ce spectacle représentait une étape importante pour moi. Vous m’avez donné tant d’amour et d’énergie, je vous en remercie infiniment», a déclaré solennellement Céline Dion en fin de soirée, avant de conclure en beauté avec S’il suffisait d’aimer, en réponse au déferlement de haine qui a secoué la planète récemment.


Céline Dion sera en spectacle au Centre Bell les 1er, 4, 5, 8, 9, 12, 13, 16, 17 août; au Centre Vidéotron de Québec les 20, 21, 24, 25, 27 août et à l’amphithéâtre de Trois-Rivières les 30 et 31 août