/news/education
Navigation

La Fondation de l'Université Laval refuse une bourse réservée aux garçons

La Fondation de l'Université Laval refuse une bourse réservée aux garçons
Photo d'archives, Daniel Mallard

Coup d'oeil sur cet article

La générosité de l’Université Laval a ses limites: la Fondation a refusé les milliers de dollars d’un donateur qui souhaitait remettre une bourse d’études exclusivement à des étudiants masculins, la jugeant discriminatoire.

Celui qui a été le premier directeur des études de l’École nationale d’administration publique (ENAP), André Gélinas s’est entendu avec la Fondation de l’Université Laval en 2014 pour créer un Fonds de bourse d’études à son nom.

Les conditions d’attribution? Être de sexe masculin et étudier à la maîtrise en affaires publiques ou en science politique, où se retrouvent déjà majoritairement des hommes. Alors que la bourse était en voie d’être créée, la Fondation a changé son fusil d’épaule.

«Quelqu’un s’est réveillé et a dit que ça le rendrait mal à l’aise», révèle M. Gélinas, qui conteste cette décision. À ses yeux, il est tout à fait normal de décerner des bourses aux étudiants masculins, puisque d’autres sommes sont adressées à la gent féminine.

«Il y a beaucoup de bourses qui sont réservées aux étudiantes, peu importe la discipline, dit-il. Je voyais qu’il y avait des bourses aux filles... pourquoi pas aux gars?»

Discriminatoire

L’Université rejette cet argument. Elle explique qu’une bourse «dirigée exclusivement envers les hommes devient discriminatoire lorsque les programmes visés comportent déjà un pourcentage significatif et majoritaire d’étudiants masculins», écrit le porte-parole Samuel Auger.

Concernant les bourses destinées uniquement aux femmes, il explique que «l’Université s’appuie sur la Charte des droits et des libertés qui prévoit qu’il est possible de mettre en place des programmes en éducation pour corriger la situation de personnes victimes de discrimination».

«Compte tenu des statistiques d’inscription et de diplomation colligées par l’Université, ceci n’était pas le cas dans les deux programmes de maîtrise ciblés dans le protocole de don du Fonds de bourse André-Gélinas», dit M. Auger.

Remboursement

Des pourparlers sont en cours entre les deux parties afin de procéder au remboursement des sommes versées à ce jour par André Gélinas. Ce dernier prétend que l’Université Laval s’est montrée ouverte à le dédommager à condition que cette histoire demeure confidentielle.

L’Université n’a pas commenté cette déclaration.