/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Mike Ward et les $$$

143148_groupr2
Photo courtoisie ABC Minnie Driver, Micah Fowler et Cedric ­Yarbrough dans la série Speechless.

Coup d'oeil sur cet article

Pis, êtes-vous allé au spectacle-bénéfice organisé par Juste pour rire pour Mike Ward en fin de semaine?

Pis, avez-vous donné des sous à sa campagne de sociofinancement?

Pis, avez-vous lu ma chronique de vendredi où je rappelle que, sur le site du Festival d’Édimbourg, Ward se félicite que sa dernière tournée ait amassé 5 millions $?

Si vous avez répondu oui à une de ces questions, je vous invite à lire le courriel que m’a envoyé un ­lecteur en fin de semaine.

DES ENFANTS SANS VOIX

Luis Vargas Dias m’a écrit: «J’ai un enfant handicapé. Ma blonde, Antoinette Salera, a été obligée de prendre sa retraite d’enseignante il y a deux ans pour s’occuper de lui à plein temps, sinon il serait placé en CHSLD ou en famille d’accueil. Elle travaille bénévolement pour RAPID Special Needs Montreal South Shore, un organisme de charité de la Rive-Sud qui vient en aide aux enfants handicapés (déficience intellectuelle et autisme) depuis 10 ans. Cet organisme à but non lucratif a toute la misère du monde à recueillir des fonds pour offrir du répit et des camps d’été pour que les parents puissent respirer un peu. Les gens peuvent envoyer de l’argent pour supporter Mike Ward, mais sont incapables de donner pour une bonne cause? C’est le monde à l’envers.»

Interpellée par sa lettre, j’ai appelé Luis. Il était en colère. «J’en reviens pas qu’on donne des sous à ces clowns qui ont de l’argent qui leur sort par les oreilles. En cinq jours, ils ont récolté 36 000 $ alors que RAPID Special Needs Montreal South Shore, en dix ans, n’a pas récolté ce montant-là.»

Avant de raccrocher, Luis a tenu à me dire une dernière chose. «Les enfants handicapés, contrairement aux humoristes, personne ne les écoute, personne ne s’intéresse à eux. Ils n’ont pas de voix.»

ON PEUT RIRE DES HANDICAPÉS

Parlant de personnes «sans voix», la station américaine ABC va présenter dès le 21 septembre une série qui ­s’intitule justement Speechless ... sur une mère de famille qui est prête à tout pour prendre soin de son fils handicapé.

Et vous savez quoi? C’est une comédie! On se tape sur les cuisses. Speechless prouve qu’on peut rire des handicapés. Et que c’est drôle. Quand on n’attaque pas leur dignité. On peut très bien rire des personnes handicapées si on rit «avec» elles et non «contre» elles.

La série met en vedette Minnie Driver dans le rôle d’une mère qui déménage toute sa famille parce qu’elle a trouvé l’école parfaite pour son fils qui est «non verbal», (incapable de parler), d’où le titre «speechless».

Micah Fowler, le comédien qui joue son fils, est réellement en fauteuil roulant et il est atteint de paralysie cérébrale.

Allez voir la bande-annonce de Speechless. La scène où la mère découvre que la rampe d’accès pour les handicapés à l’école est en fait la rampe d’accès pour les poubelles est absolument hilarante.

En fait, ce serait vraiment drôle si dans la «vraie» vie les personnes handicapées n’étaient pas si souvent traitées comme des ordures.

► Pour donner à l’organisme RAPID, vous allez sur www.canadahelps.org.