/news/currentevents
Navigation

Femme enceinte happée mortellement: solidarité pour un père endeuillé

En quelques heures, 35 000 $ ont été récoltés pour le conjoint de la femme enceinte happée mortellement

Fleurs accident
Photo Simon Clark et courtoisie À la mémoire de la défunte, des fleurs et un ours en peluche ont été déposés à l’endroit où Marie-Pier Gagné (en mortaise), une jeune femme enceinte, a été happée mortellement sur le boulevard Laurier, mercredi.

Coup d'oeil sur cet article

Même si les proches de Marie-Pier Gagné sont toujours ébranlés par la tragédie, la famille se dit très touchée par l’élan de solidarité qui a permis d’amasser près de 35 000 $ en quelques heures pour aider son conjoint en deuil.

«Autant d’amour et d’aide que ça, ça me surprend. Marie-Pier a toujours été là pour moi, elle était ma confidente et je me dis qu’elle aurait fait la même chose pour moi», a expliqué Émilie Marceau, la cousine de la victime, à l’origine de la collecte de fonds.

«On reçoit une vague d’amour de tout le Québec. Ça fait un baume au cœur, mais c’est encore énormément difficile», a pour sa part indiqué Lauréanne Marceau, une autre cousine de Marie-Pier.

  • Pour consulter la page Facebook à la mémoire de Marie-Pier Gagné, cliquez ici.
  • Pour faire un don, cliquez ici.

«En fait, on est incroyablement surpris et heureux de la réponse des gens, parce qu’on n’a pas encore idée des besoins du papa», a-t-elle pris soin de préciser.

Joint par TVA Nouvelles, le conjoint de Marie-Pier Gagné s’est dit touché par le mouvement de sympathie à son endroit, mais a confié trouver le tout un peu prématuré.

Généreuse et souriante

Selon certaines informations, le bébé de sexe féminin est actuellement hospitalisé à l’Hôpital de Montréal pour enfants puisque son état se serait détérioré.

Émilie Marceau a perdu sa cousine qui était aussi sa collègue de travail depuis près de trois ans. Elle n’a que de bons mots pour décrire la disparue.

«Elle était toujours de bonne humeur et souriante. Sa joie de vivre était contagieuse et elle avait toujours le bon mot. Marie-Pier était très généreuse et donnait toujours tout pour tout le monde.»

Des indemnités

Selon Me Marc Bellemare, le conjoint survivant et l’enfant devraient avoir droit à une indemnisation de la SAAQ.

«Il faut un an de cohabitation pour être considéré comme le conjoint. Le minimum forfaitaire pour lui est de 68 148 $. Pour un enfant de moins d’un an, le montant fixe est de 59 631 $. Il n’y a pas de place à la discrétion. Dans une poursuite civile, ils auraient sûrement plus», résume l’avocat.

Toutefois, le père aura droit aussi à des indemnités comme victime puisqu’il était présent au moment de l’accident. Dans ce cas, il n’y a pas de limite. Secoués psychologiquement, certains ne sont jamais retournés travailler après un tel traumatisme, selon Me Bellemare.

Blessé dans l’accident, le conducteur à l’origine du drame sera également indemnisé selon la loi.

Jeudi, des internautes ont réclamé une passerelle ou un tunnel à cet endroit.

—Avec la collaboration de Jean-François Racine