/news/currentevents
Navigation

«Gloire aux vulves»: des dessins de sexes féminins envahissent les rues d'Hochelaga

Des dizaines de graffitis représentant des sexes féminins sont apparus depuis quelque semaines dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, près de la station de métro Joliette.
Photo: Mikael Lebleu, journaldemontreal.com Des dizaines de graffitis représentant des sexes féminins sont apparus depuis quelque semaines dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, près de la station de métro Joliette.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis quelques semaines, des dizaines de dessins de sexes féminins tapissent les murs et les poteaux du quartier Hochelaga-Maisonneuve.

 

Dessinés à la main et représentant des sexes féminins dans un style un peu naïf et humoristique, les graffitis sont principalement concentrés aux alentours de la station Joliette, mais des résidents rapportent en avoir aperçu à l’est du boulevard Pie-IX et près de la rue Préfontaine à l’ouest.

Certains d’entre eux sont accompagnés de courts textes, comme «Gloire aux vulves», «Go les vadg!» ou «Je crée la vie. Oh oui!». D’autres se font plus politiques, arborant des slogans comme «Vive le parti vagin!» ou «Autorisé par le parti vagin».

" autorisé par le parti vagin " " autorised by the vagina party "

Une photo publiée par Marie-Claude Lafond (@pugzebra) le

Queen Va-jay-jay. 👸🏼 #prettypussy #lovemyhood #hochelaga

Une photo publiée par ☽ ☼ ☾ (@mariedesmk) le

 

Briser le tabou

S'il n'est pas rare de voir des représentations de sexes masculins dans l'espace public, le sexe féminin, lui, reste encore beaucoup plus tabou, note Pascale André, propriétaire de l'atelier-libraire La Flèche rouge, qui a trouvé l'un de ces dessins devant son commerce, sur la rue Ontario Est.

«Pour ma part, je vois cette prise d'assaut des lieux publics par ces sexes féminins comme une revendication nécéssaire qui lutte contre l'effacement, contre le tabou qui entoure encore et toujours les vulves et les vagins. De les rendre présents picturalement dans l'espace public contribue selon moi à garder active la discussion sur leur existence», nous a-t-elle confié.

«Je trouve que le propos derrière la pratique est plus que pertinent, et je ne trouve pas que les moyens visuels utilisés pour soient trop forts», poursuit-elle. «Si l'image d'un sexe de femme apposée dans l'espace public, même simplement dessinée, vient susciter chez certainEs une irrépressible envie de destruction, c'est bien qu'elle est pertinente, affichée là. Le très personnel devient rapidement universel—et le privé est politique, d'aussi loin que la femme que je suis puisse se souvenir.»

 

Les citoyens mitigés

Si l’initiative a fait sourire plusieurs résidents et commerçants des environs, certains d’entre eux jugent que ça va un peu trop loin.

Bien qu’elle trouve les dessins plutôt sympathiques, une jeune mère du quartier s’est trouvée quelque peu embarrassée lorsque ses enfants de 4 et 5 ans lui ont demandé ce qu’ils représentaient.

«Je ne me souviens plus de la réponse que j’ai donnée, mais [les deux personnes] qui nous suivaient ont trouvé mon explication ben drôle», a-t-elle confié sur un groupe Facebook de résidents.

«Ça ne dérange pas outre mesure mais il y en a PARTOUT», fait remarquer une autre abonnée.

 

Plusieurs dessins ont d’ailleurs été arrachés par des passants offensés ou qui les trouvaient de mauvais goût.

«Ça me fait sourire chaque fois que j'en croise un. Malheureusement, en effet, plusieurs ont été arrachés», déplore un autre membre du groupe.

 

L’artiste toujours dans l’ombre

On ignore pour l'instant si cette mystérieuse campagne d'affichage sauvage est l'oeuvre d'une seule personne ou d'un collectif d'artistes.

Le bureau du maire d'arrondissement d'Hochelaga-Maisonneuve, M. Réal Ménard, n'a pas retourné notre demande d'entrevue pour le moment.