/sports/rio2016
Navigation

Bolt et De Grasse passent en finale en riant

Bolt et De Grasse passent en finale en riant
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien Andre De Grasse a pris deux centième de seconde de plus que le roi des sprinteurs Usain Bolt pour terminer la demi-finale du 200 m en 19,80 s, se qualifiant avec aisance pour la finale, mercredi, aux Jeux olympiques de Rio.

RIO DE JANEIRO | Usain Bolt et Andre De Grasse ont compris qu’aux Jeux olympiques, il faut donner un bon spectacle.

Le plus grand sprinter de l’histoire et son dauphin canadien nous ont offert un moment magique mercredi soir lors de leur demi-finale sur 200 mètres au Stade olympique de Rio.

À environ dix mètres de la ligne d’arrivée, ils se sont regardés en riant de bon coeur, comme des frères qui sont fiers de leur coup.

Ça ne les a pas empêchés de réussir les temps les plus rapides de la soirée dans cette épreuve, soit 19,78 secondes pour Bolt et 19,80 pour De Grasse, qui a amélioré le record canadien.

Un message à Bolt

«On s’est bien amusé, a reconnu De Grasse dans la zone d’entrevues. J’ai terminé la course en force et je me suis alors demandé si je devais doubler Usain ou en garder un peu pour la finale.

«Oui, je voulais lui passer un message pour lui montrer que moi aussi, je suis capable d’être très rapide. S’il entend s’attaquer à son record mondial de 19,19 secondes en finale, je serai sur ses talons», a promis le jeune sprinter ontarien de 21 ans.

Trop rapide pour une demi-finale

On lui a demandé ce que Bolt lui avait dit à quelques mètres de la ligne d’arrivée.

«Il a simplement rigolé en me lançant que nous n’étions pas censés courir aussi vite que ça dans une demi-finale. La chaude température était idéale pour réaliser un bon chrono et j’espère qu’il fera aussi chaud pour la finale.»

Bolt, qui tentera de remporter une huitième médaille d’or d’affilée aux Jeux olympiques, a confirmé qu’il avait demandé à De Grasse pourquoi il courait aussi vite en demi-finale.

«Il était censé ralentir à la fin, a-t-il dit. J’ai été un peu paresseux, mais j’ai tout de même fini la course devant lui.»

Autre médaille dans la mire

De Grasse déborde donc de confiance en vue de récolter une autre médaille jeudi soir en finale du 200 mètres, qui sera présentée à 21h30, heure du Québec.

À noter que l’Américain Justin Gatlin et le Jamaïcain Yohan Blake ne sont pas parvenus à se qualifier pour la finale. Gatlin a raté sa qualification par trois centièmes de seconde seulement.

Le Canadien Aaron Brown n’a pu se qualifier, terminant au septième rang de sa vague de demi-finales.

Bruny Surin, analyste à Radio-Canada, a été fort impressionné par la performance d’Andre De Grasse.

«Le jeune est incroyable, a-t-il dit. Il est capable, selon moi, de courir en 19,60 secondes en finale. Il a une médaille d’argent à sa portée et si Bolt devait commettre une erreur, il est capable de remporter la course. Le potentiel de De Grasse est illimité. J’aime aussi son attitude. Il est terre à terre.»

Warner au troisième rang

Au décathlon, l’Américain Ashton Eaton domine facilement le classement après cinq épreuves, totalisant 4621 points comparativement à 4500 pour l’Allemand Kai Kazmirek et 4489 pour le Canadien Damian Warner.

Warner, qui a terminé au cinquième rang aux Jeux de Londres, a amorcé la compétition sur une belle note en survolant l’épreuve de 100 mètres avec un temps de 10,30 secondes, améliorant la marque olympique au décathlon.

Il s’est ensuite classé troisième au saut en longueur avec un bond de 7,67 mètres avant de prendre le 11e rang au lancer du poids avec un un jet de 13 m 66.

En début de soirée, Warner a réussi un saut en hauteur de 2 m 04, mais ce fut plus difficile pour lui dans la course de 400 mètres, ce qui l’a fait reculer d’un rang.

«La chaleur m’a accablé, a-t-il expliqué. J’ai toutefois confiance de pouvoir remonter la pente, la deuxième journée étant habituellement ma meilleure. La compétition est très serrée. Je devrai me battre jusqu’à la fin.»

Warner, 26 ans, tente de devenir le premier décathlonien canadien à monter sur l’une des marches du podium olympique depuis Dave Steen, troisième aux Jeux de Séoul en 1988.