/24m/job-training
Navigation

Les conventions bilatérales entre pays, nécessaires pour les immigrants

Les conventions bilatérales entre pays, nécessaires pour les immigrants
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Pour bien comprendre ce qu’est une convention bilatérale, il convient de connaître la définition de ces deux termes. Voici ce qu’en dit le Larousse.

Convention : « Accord passé entre des personnes, des groupes, des sujets de droit international (États, organisations), destiné à produire des effets juridiques et qui revêt en principe un caractère obligatoire pour ceux qui y adhèrent [...] ».

Bilatéral : « Se dit d’un contrat dans lequel les parties s’obligent les unes envers les autres et où la prestation de l’une est la cause de la contre-prestation de l’autre ».

Des conventions bilatérales existent afin que des travailleurs ne soient pas imposés en double sur leurs revenus et qu’ils aient accès à certaines prestations sans délai de carence, ou dans des domaines bien particuliers : invalidité, vieillesse, décès. Dans le cas de l’immigration, on parle plutôt d’accords bilatéraux entre le Canada et d’autres pays dans le monde.

Pour obtenir des informations sur le programme de mobilité internationale et connaître les pays avec lesquels le Canada a des accords, vous pouvez consulter le site Web cic.gc.ca, du Gouvernement du Canada. Le Canada entretient des relations privilégiées depuis de longues années avec des pays comme les États-Unis, la France, la Belgique et l’Allemagne, pour ne citer que ceux-là.

Ces liens sont basés sur un sentiment de confiance et des valeurs communes. Et c’est là à l’avantage des immigrants, qui peuvent prétendre par exemple à la reconnaissance de leurs études ou de leurs expériences professionnelles sans devoir passer par une mise à niveau.

Pour l’immigrant, toute aide est bonne à prendre, et cela ne peut que faciliter son intégration.