/opinion/columnists
Navigation

Rire et délire

Racisme systémique? Les jeunes libéraux croient que cela existe et le premier ministre, lui, prend cela au sérieux.

Congrès-jeunes du Parti Libéral du Québec au campus Notre-Dame-de-Foy, à Québec, Dimanche le 14 Août 2016. Sur cette photo: Jonathan Marleau, président de la commission jeunesse
Photo DANIEL MALLARD Congrès-jeunes du Parti Libéral du Québec au campus Notre-Dame-de-Foy, à Québec, Dimanche le 14 Août 2016. Sur cette photo: Jonathan Marleau, président de la commission jeunesse

Coup d'oeil sur cet article

Le congrès annuel de la commission jeunesse du PLQ, qui s’est tenu en fin de semaine, me fait irrésistiblement penser au camp des recrues du Canadien.

Les médias y accordent une attention dispropor­tionnée par rapport à son importance réelle.

Les dirigeants du parti viennent y faire leur tour et font semblant d’écouter.

Ils restent le temps qu’il faut pour que leur présence soit remarquée et partent dès qu’ils peuvent le faire sans froisser personne.

L’événement marque surtout le retour­­ de la saison politique, un peu comme l’achat des fournitures scolaires annonce le début des classes.

Invariablement, pour que les jeunes aient le sentiment qu’ils servent à quelque chose, le chef du parti s’engage­­ à «étudier sérieusement» au moins une des questions soulevées par eux.

Niaiserie

Cette année, le thème retenu pour examen approfondi sera le «racisme systémique» au Québec.

Vous avez bien lu.

Les jeunes libéraux croient que cela existe et le premier ministre, lui, prend cela au sérieux.

Qui dit «systémique» dit système.

Il ne s’agit pas de savoir s’il y a, oui ou non, des individus racistes au Québec­­. Il y en a ici comme partout.

La question est de savoir si nos institutions, nos règles, nos normes ne génèrent pas des discriminations structurelles selon la couleur de la peau ou l’origine ethnique.

C’est un concept à la mode dans les milieux branchés, comme l’écosystème médiatique ou certains départements universitaires où des chercheurs doivent trouver ce qu’ils cherchent pour justifier leur existence.

Quand vous êtes subventionné pour trouver du racisme, vous avez intérêt à en trouver.

Si vous avez l’impression que dans le Québec politique, artistique, sportif, il y a beaucoup de gens de toutes les origines, c’est que vous ne voyez pas l’insidieuse vipère du subtil apartheid québécois.

Si le Québec souffre d’un racisme systémique virulent, c’est à se demander pourquoi tant de gens nés ailleurs rêvent de venir y vivre ou ne retournent pas chez eux après avoir subi ici l’oppression et la persécution.

Je prédis que cet examen ne se penchera­­ pas sur la possibilité d’un racisme à rebours véhiculé par ceux qui viennent ici strictement pour des raisons économiques et rejettent radicalement nos valeurs.

J’ai hâte de voir comment le PQ, qui ne sait plus trop à quoi il sert, mais qui veut absolument redevenir fréquentable­­, traitera cette niaiserie.

Motivations

Une question me turlupine. Parmi toutes les questions discutées par les jeunes du PLQ, pourquoi Philippe Couillard a-t-il relevé celle-là ?

Évidemment, il constate, comme vous et moi, qu’il y a des racistes au Québec.

Mais pense-t-il sérieusement que le racisme y est «systémique» ? Je ne peux le croire.

Un ami me rappelait que le PLQ a périodiquement besoin d’entretenir son capital politique auprès des minorités­­ ethniques, sa plus loyale clientèle.

Il suggérait aussi que le PLQ ne détesterait­­ pas un exercice de culpabilisation collective de la majorité québécoise, pour qu’elle s’estime chanceuse et reconnaissante que la tolérance et l’ouverture canadiennes la protègent de ses propres démons.

Il est parano, mon ami.