/entertainment/music
Navigation

Une décharge d'émotions

La diva québécoise reçoit tout un accueil au Centre Vidéotron, lors d’une soirée magique

Coup d'oeil sur cet article

Le premier spectacle de Céline Dion entre les murs du Centre Vidéotron, où il n’y avait pas un seul siège libre, aura été une véritable décharge d’émotions. D’ovation en ovation, le public a mis à l’épreuve le cœur de la star, dont le retour dans la capitale a été parfait en tout point.

Après les premières notes de Trois heures vingt a cappella, l’immense tableau où les paroles défilaient s’est levé, laissant apparaître la chanteuse dans un halo de lumière blanche au milieu des musiciens. C’est une Céline Dion éblouissante qui nous est apparue avec un nouveau costume de scène.

Le premier contact avec la foule a été émouvant, alors que la chanteuse, ébranlée, a savouré chaque seconde de cette ovation du tonnerre. Mais c’est durant Et je t’aime encore qu’elle a vraiment craqué, peinant à finir cette chanson lourde de sens. Fragile, elle s’est arrêtée pour verser quelques larmes pendant que le public la réconfortait avec une autre ovation et des hurlements.

Céline Dion a enchaîné près d’une trentaine de chansons, dans un concert grandiose de plus de deux heures, sans le moindre signe de faiblesse, s’adressant au public sans filtre. Dans une mise en scène sobre, égayée par des éclairages signés Yves Aucoin, la chanteuse n’est pas prise dans les extravagances, ce qui lui permet de se laisser aller plus que jamais. Libre de chorégraphies, on aura rarement vu autant Céline s’amuser sur les planches.

René omniprésent

La soirée n’aura été qu’une succession de moments forts. Le public aura d’abord été d’une écoute attentive lors d’un premier droit moins rythmé avec Encore un soir, Je crois toi, et Immensité, entre autres. Mais c’est avec Pour que tu m’aimes encore qu’il a dénoué ses cordes vocales. Quelle interprétation théâtrale et extraordinaire que la reprise d’Ordinaire, empruntée à Charlebois.

L’amphithéâtre était en ébullition pendant le trio Love Can Move Mountain, River Deep, Mountain High et The Show Must Go On. On retiendra également la magistrale interprétation de Purple Rain.

Au rappel, elle a tenu la main des spectateurs pendant My Heart Will Go On, avant la poignante S’il suffisait d’aimer. Tout l’amphithéâtre était debout lors de l’émouvante conclusion a cappella, chantant quelques lignes de Vole, après quoi est apparue une photo du couple enlacé. Les spectateurs essuyaient leurs larmes...

René Angélil est d’ailleurs omniprésent dans ce spectacle: toutes paroles chantées semblent s’adresser à lui. Les quelques regards vers le ciel de la star ne nous en ont pas fait douter.

Drôle et volubile

Volubile et très drôle, Céline Dion s’est beaucoup confiée. Elle a d’abord remercié les gens pour l’accueil qu’elle a reçu lors de son arrivée au Centre Vidéotron en après-midi. «Québec, vous avez le don d’imprimer des images dans notre cœur», disait-elle plus tard.

Elle a également encensé le nouvel amphithéâtre. «Il est vraiment, vraiment, mais vraiment beau votre Centre Vidéotron. Il manque juste une petite affaire. Je rajouterais une coupe Stanley à ça.»

Puis, dans un monologue hilarant de quinze minutes, elle a comparé ses étés à Las Vegas avec celui qu’elle passe présentement au Québec. «Je m’organiserai pour venir à la maison plus souvent», nous a-t-elle promis.


♦ Céline Dion sera de nouveau en spectacle au Centre Vidéotron les 21, 24, 25 et 27 août.