/weekend
Navigation

Le meilleur groupe québécois made in China

Québec Redneck Bluegrass Project prévoit lancer 
son quatrième album 
en décembre prochain.
Photo Courtoisie Nicolas Lévesque/Canopée Québec Redneck Bluegrass Project prévoit lancer son quatrième album en décembre prochain.

Coup d'oeil sur cet article

Formation qui roule sa bosse depuis bientôt dix ans, Québec Redneck Bluegrass Project reviendra jouer à Montréal dans quelques jours. Pour les musiciens originaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Chine fait toujours partie intégrante du groupe, là où tout a commencé en 2006...

Au Québec, il n’existe indéniablement pas d’autre groupe comme Québec Redneck Bluegrass Project (QRBP). En spectacle, la formation s’est fait une réputation de donner des prestations très énergiques, pour ne pas dire déchaînées. Mais c’est surtout ses racines chinoises qui rendent le projet pour le moins unique.

Voilà déjà bientôt dix ans que Jean-Philippe Tremblay a fait la rencontre de trois Québécois lors d’un voyage en Chine. Les quatre jeunes venaient tous de la même région: le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Une ­passion commune pour la musique les avait alors poussés à lancer QRBP.

«Au début, on a commencé en jouant les standards bluegrass, se souvient le chanteur, Jean-Philippe Tremblay, alias JP “Le Pad”. On a tourné un peu partout au Laos, en Inde, en Chine et en Birmanie.»

Foule dépareillée

Là-bas, les musiciens jouaient devant une foule dépareillée, composée à moitié d’Asiatiques, mais aussi devant plusieurs expatriés de différents pays. «C’est pour cette raison qu’on s’est mis à composer en anglais, afin de rejoindre le plus de gens possible», explique le chanteur.

Les années sont passées et les musiciens ont enchaîné les spectacles. Puis au bout de six ans en Chine, Jean-Philippe Tremblay a jugé qu’il était temps pour lui de revenir s’installer au Saguenay. «Ça doit faire trois ans que je ne suis pas allé en Chine, dit-il. J’ai hâte d’y retourner.»

Aujourd’hui, QRBP s’est profondément ancré dans la culture québécoise. Mais la Chine n’est pas très loin. «Nick [Laflamme] a eu une petite fille avec une ­Chinoise, mentionne Jean-Philippe. Nous mettons quelques paroles en ­chinois dans nos chansons.»

Quatrième album

Le groupe vient d’amorcer la dernière étape de sa tournée de 45 dates. «On est encore en feu “ben raide”! dit Jean-­Philippe. Mais ça va bien. Je crois qu’on va s’en sortir indemnes.»

Au fil des tournées, les musiciens attirent un nombre sans cesse grandissant de spectateurs. «On voit vraiment une ­diversité dans le public. Je ne pensais pas qu’on pouvait rejoindre un public si ­large.»

Cet automne, la formation mettra la touche finale à son quatrième album qu’elle prévoit sortir en décembre ­prochain. «Pas mal tout l’album est en français. Il n’y a que quelques bouts en anglais et en chinois.»

Quand on demande au chanteur jusqu’à quel point il parle bien le mandarin, il répond qu’il est loin d’être le meilleur. «Je réussis à me débrouiller. Je l’ai appris “sur le tas”. Nick, lui, le parle couramment. Il a même rédigé sa maîtrise en chinois.»

Pour les prochaines années, Jean-­Philippe Tremblay ne rêve pas vraiment que Québec Redneck Bluegrass Project grossisse davantage. «Pour moi, c’est déjà gros. Mais chaque année, je pense qu’on a atteint le sommet et ça continue de ­grandir.»

Le spectacle du groupe Québec ­Redneck Bluegrass Project aura lieu le 26 août, au Club Soda. Bad Uncle fera la première partie. Pour les billets: clubsoda.ca.

Québec Redneck Bluegrass Project en quelques points

  • Le groupe a vu le jour à Kunming, dans le sud-ouest de la Chine, à la fin 2006.
  • Originaire de Chicoutimi, l’auteur-compositeur Jean-Philippe ­Tremblay y avait fait la rencontre de Nick Laflamme, Charles Hudon et Cédrick Dessureault, tous natifs du Lac-Saint-Jean.
  • Les quatre jeunes hommes se sont rendu compte qu’ils partageaient une même passion pour «les ­tracteurs, les cousins et le Reader’s Digest».
  • En 2008, le groupe faisait une tournée en Chine, au Laos, en ­Thaïlande et en Inde.
  • En 2010 paraissait le premier ­album de Québec Redneck Bluegrass Project (QRBP), Sweet Mama Yeah! Le disque avait été enregistré dans une cuisine en Chine.
  • Cette même année, le groupe ­visitait pour la première fois les salles québécoises avec une ­dizaine de concerts.
  • Cet hiver, alors qu’il soulignera ses dix ans d’existence, QRBP lancera son quatrième album en carrière.
  • La formation est aujourd’hui constituée de JP «Le Pad» Tremblay (guitare, voix), Nick «Capitaine Cool» Flame (mandoline), François Gaudreault (contrebasse) et Madeleine Bouchard (violon).