/lifestyle/hangout
Navigation

Les coups de cœur de... Dennis Quaid

Les coups de cœur de... Dennis Quaid
Photo Wenn

Coup d'oeil sur cet article

En tournage à Montréal depuis le mois de mai, l’acteur Dennis Quaid ne pourrait être plus heureux de son séjour. En entrevue, il a confié au Journal être tombé amoureux de cette ville. Musicien à ses heures, il invite d’ailleurs le public au Pub Saint-Paul pour un concert intime avec son band D.Q. and The Sharks, mardi ­prochain. Voici ses adresses préférées et ses impressions sur sa ville adoptive.

Comment se passe votre séjour à ­Montréal ?

Oh mon Dieu! J’adore cette ville. Je suis tombé amoureux de Montréal. J’en suis peut-être à ma septième ou huitième visite pour le travail, mais c’est la première fois que je peux profiter de la belle saison! Je suis en tournage pour la série The Art of More qui, en fait, se passe à New York, mais Montréal rend ça plus facile, surtout pour le stationnement. New York, c’est l’enfer pour se stationner!

<i>The Art of More</i>
Photo d'archives
The Art of More

Le restaurant favori ?

Hmm, j’en ai fait plusieurs. L’un de mes favoris est le Jellyfish dans le Vieux-Montréal. C’était fantastique, même surprenant. L’ambiance est super. J’ai tout essayé dans ce restaurant. Tout le menu! J’ai particulièrement aimé le plat de crevette géante. J’ai invité des gens à faire comme moi et ils disaient: «Pourquoi une crevette géante?» Je leur disais juste: «Prenez ça, vous n’allez pas le regretter!» Il y a aussi le Garde-Manger. C’est juste vraiment bon. J’y suis retourné plusieurs fois.

Jellyfish
Photo d'archives
Jellyfish

Avez-vous participé à des événements dans la ville cet été ?

J’ai eu la chance d’aller à la Formule 1. Je n’y étais pas l’an dernier, alors cette année, comme j’étais ici, j’en ai ­profité. C’est un événement grandiose pour Montréal. C’est vraiment dommage que la température n’ait pas été au rendez-vous.

Formule 1
Photo d'archives
Formule 1

L’activité préférée ?

Je suis un cycliste. J’adore me promener à vélo. C’est aussi comme ça que je découvre Montréal. J’ai tout mon équipement et, quand je ne travaille pas, je peux parcourir de 100 à 150 miles par semaine. D’ailleurs, je trouve que Montréal est la meilleure ville nord-américaine pour pratiquer le cyclisme. Je trouve que les conducteurs sont plus courtois et avertis que les conducteurs américains.

D’où vient cette passion pour la musique ?

Je joue de la musique depuis l’âge de 12 ans. Puis j’ai eu ce travail de jour comme acteur! Cela a bien fonctionné. Puis je fais de la musique parce que c’est vraiment une passion pour moi. C’est une ­façon de connecter avec les gens.

Plus difficile d’être acteur ou ­musicien ?

Musicien! Être acteur demande de voyager à ­Montréal et de s’habituer à la ville en mangeant de la bonne bouffe! Tandis que musicien, tu es toujours en train de voyager. C’est une vie de bohème difficile.

À quoi doit-on s’attendre du ­prochain spectacle au Pub Saint-Paul ?

Mon band et moi faisons de la musique depuis maintenant 16 ans. On joue beaucoup de rock’n’roll et de blues et des chansons qui nous ont marqués en grandissant. On va jouer aussi des chansons ­originales. On veut que le public se lève. On veut sentir l’enthousiasme!

La chose la plus romantique que vous ayez faite pour une femme ?

Oh mon Dieu! C’était pour Meg Ryan à l’époque. Je me rappelle, elle travaillait sur un plateau de tournage et c’était son anniversaire. J’ai engagé une fanfare d’un lycée et les musiciens ont déambulé dans la rue et ont fait une parade pour elle!

Meg Ryan
Photo d'archives
Meg Ryan

Qu’avez-vous appris de la ­culture montréalaise ?

Bien, vous savez, j’ai tourné ici, il y a quelques années, le film The Day After ­Tomorrow et je me rappelle que la température indiquait -40 degrés Celsius. C’était ­terriblement froid. Disons qu’on tournait à l’intérieur! Et puis, cette année, je suis ­revenu en mai et je me suis rendu compte à quel point les gens sortent de leur trou ­d’hibernation. Les gens sont tellement ­enthousiastes du beau temps! Ça paraît!

<i>The Day After Tomorrow</i>
Photo d'archives
The Day After Tomorrow

Si vous étiez président des États-Unis, quelle chose ­copieriez-vous de Montréal ?

La diversité des cultures et des groupes ­ethniques, qui n’existe pas aux États-Unis. De plus, ça semble si naturel, pour vous, de nager dans ce bain culturel. Ça se reflète de plusieurs façons, dans la musique ou encore la bouffe, et ça fait une culture plus forte.