/news/education
Navigation

L'école publique gagne encore du terrain

C’est la rentrée scolaire pour plus d’un million de Québécois

Une toute nouvelle école ouvre ses portes cette année à Sainte-Brigitte-de-Laval, où des classes avaient été aménagées dans le sous-sol de l’église en raison du manque d’espace l’an dernier. Sur la photo, la directrice de l’école du Trivent 2, Nadine Tremblay, pose avec quelques membres de son personnel.
Photo Stevens Leblanc Une toute nouvelle école ouvre ses portes cette année à Sainte-Brigitte-de-Laval, où des classes avaient été aménagées dans le sous-sol de l’église en raison du manque d’espace l’an dernier. Sur la photo, la directrice de l’école du Trivent 2, Nadine Tremblay, pose avec quelques membres de son personnel.

Coup d'oeil sur cet article

La fin des vacances a sonné. À compter de ce matin, plus d’un million de petits Québécois prendront le chemin des classes au cours des prochains jours. Encore une fois cette année, le réseau public continue de gagner du terrain.

Selon les plus récents chiffres du ministère de l’Éducation, le nombre d’élè­ves augmente légèrement dans les écoles publiques, alors qu’il diminue dans les écoles privées, une tendance que l’on observe depuis quelques années. Près de 12 000 élèves de plus sont inscrits au public par rapport à l’an dernier, alors que le réseau privé compte près de 1000 élèves de moins.

Ces chiffres confirment le léger regain de popularité du réseau public, dont faisait état Le Journal l’an dernier, après des années de croissance du privé. Les programmes particuliers qui se sont multipliés au cours des dernières années dans les écoles publiques, justement pour concurrencer le privé, peuvent en partie expliquer cette hausse.

Année mouvementée en vue

L’année scolaire s’annonce chargée pour les acteurs du réseau scolaire. Ils seront appelés cet automne à se prononcer sur l’élaboration d’une nouvelle politique sur la réussite éducative, qui pourrait inclure plusieurs changements.

Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, jongle avec l’idée d’offrir la maternelle à temps plein à quatre ans pour tous, de rendre l’école obligatoire jusqu’à 18 ans et de créer un ordre professionnel des enseignants.

Les acteurs du réseau seront aussi consultés sur le projet de loi 105, qui prévoit accorder davantage d’autonomie aux écoles, après que le précédent projet de loi abolissant les élections scolaires eut été mis au rencart par le ministre un peu plus tôt cette année.

Réinvestissement

Par ailleurs, des écoles en milieu défavorisé auront droit cette année à un peu d’argent frais après des années de compressions. Des projets seront mis en branle et du personnel sera embauché pour améliorer les résultats des élèves en français au début du primaire. Le réseau scolaire compte par ailleurs 70 nouvelles classes de maternelle à temps plein à quatre ans pour l’année 2016-2017.

Des projets-pilotes se poursuivent aussi dans plusieurs écoles. L’éducation à la sexualité est enseignée dans une quinzaine d’établissements et le nouveau cours d’histoire, qui n’est pas encore obligatoire, sera tout de même donné dans une grande majorité d’écoles secondaires, y compris dans la capitale.

Dans la région de Québec, plus de 1000 élèves prendront place dans des classes neuves réparties dans deux nouvelles écoles et trois agrandissements d’établissement.

Public contre privé

Proportion d’élèves inscrits dans le réseau public

  • 2011-2012: 87,08 %
  • 2012-2013: 87,25 %
  • 2013-2014: 87,41 %
  • 2014-2015: 87,61 %
  • 2015-2016: 87,82 %

Proportion d’élèves inscrits dans le réseau privé

  • 2011-2012: 12,67 %
  • 2012-2013: 12,54 %
  • 2013-2014: 12,38 %
  • 2014-2015: 12,18 %
  • 2015-2016: 11,95 %

Élèves dans les écoles du Québec

 
Réseau public
  • Préscolaire: 102 283
  • Primaire: 476 825
  • Secondaire: 311 548
Réseau privé
  • Préscolaire: 5019
  • Primaire: 33 211
  • Secondaire: 83 006

Total* 1 014 168 élèves

* incluant les élèves des écoles du réseau gouvernemental

Source : ministère de l’Éducation