/news/politics
Navigation

Legault comparé à Trump

François Legault et Donald Trump
Photos Simon Clark et AFP François Legault et Donald Trump

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-JÉRÔME – François Legault est comparé à Donald Trump par ses adversaires, dont Philippe Couillard, pour avoir proposé d'expulser hors du Québec les immigrants contre l’égalité homme femme parce qu'ils favorisent le burkini.

«Il n'y a pas beaucoup d'hommes politiques en Amérique du Nord qui parlent d'expulser des gens : il y a en deux», a affirmé le premier ministre à Boston pour une rencontre diplomatique. Je vois une parenté de processus, une parenté de moyens (avec Trump). Ce ne sont pas des personnes semblables, mais il y a certainement une tendance qu'on reconnaît», a-t-il ajouté.

La solidaire François David avait lancé le bal en après-midi. «François Legault veut-il devenir le Donald Trump du Québec ? Depuis un an, la CAQ véhicule de graves préjugés envers les immigrants en se repliant dans une approche identitaire», a-t-elle envoyé sur les médias sociaux.

«ÇA M’EST ÉGAL»

François Legault repousse ces critiques qu’il jugeait prévisibles. «Ça m’est égal» (I don’t care), a-t-il lancé aux journalistes lundi au terme d’une journée mouvementée. Il a demandé à Françoise David et M. Couillard pourquoi ils ne veulent pas défendre les valeurs du Québec.

«Je pose la question à Mme David. Si demain matin il y avait 10 000, 20 000 nouveaux arrivants qui niaient l’égalité entre les hommes et les femmes, serait-elle prête à les recevoir ?», a-t-il rétorqué.

Le caucus présessionnel de la CAQ a débuté sur des chapeaux de roues lundi à Saint-Jérôme lorsque le chef de la Coalition avenir Québec a choqué en laissant entendre que les immigrants en faveur du burkini ne passeraient pas l’examen des valeurs de la CAQ.

Le burkini crée un «malaise à la CAQ». François Legault ne l’aime pas et considère qu’il s’agit d’une pièce de vêtement «extrême». «On a déjà dit nous autres à la CAQ qu’on veut faire passer des tests de valeurs aux nouveaux arrivants. J’ai un problème avec le burkini», a affirmé François Legault.

À son avis, les adeptes du burkini ne sont bien souvent pas en accord avec l’égalité une femme, et cette valeur est essentielle selon lui pour obtenir la citoyenneté canadienne. Ceux qui s’opposent à celle-ci, «on ne devrait pas les accueillir», a-t-il dit en fin de journée.

M. Legault a par ailleurs fortement critiqué la décision du SPVM d’être favorable port du hijab chez ses policières.

- Avec la collaboration de Régys Caron