/news/currentevents
Navigation

Les proches des présumés trafiquants en état de choc

Les deux Québécoises arrêtées Isabelle Lagacé et Méli­na Roberge sont de grandes amies. Près de 35 kg de cocaïne ont été retrouvés dans leur cabi­ne, cachés dans des valises. Elles n’auraient pourtant aucun antécédent judiciaire.
Photo courtoisie, Département de l’immigration de l’Australie Les deux Québécoises arrêtées Isabelle Lagacé et Méli­na Roberge sont de grandes amies. Près de 35 kg de cocaïne ont été retrouvés dans leur cabi­ne, cachés dans des valises. Elles n’auraient pourtant aucun antécédent judiciaire.

Coup d'oeil sur cet article

Frédérique Giguère et Claudia Berthiaume, Le Journal de Montréal

L’entourage des trois Québécois accusés de trafic à Sydney, en Australie, était sans mots au lendemain de leur arrestation.

«Je suis vraiment sous le choc», a soufflé hier Jacques Lagacé, le père d’Isabelle, qui a dit n’avoir «aucune idée» de ce qui peut s’être produit.

Joint au téléphone, l’homme semblait encore ahuri par l’horrible nouvelle apprise après un appel de la police australienne.

Sa fille l’avait informé qu’elle partait en croisière avec sa grande amie Mélina, il y a environ deux mois.

Mais jamais, dit-il, elle n’a fait allusion à l’autre individu appréhendé, André Jorge Tamine.

Méli­na Roberge
Photo FACEBOOK
Méli­na Roberge

M. Lagacé envisage la possibilité de s’envoler pour Sydney dans les prochaines semaines afin de suivre de plus près les procédures judiciaires.

Isabelle Lagacé travaille comme serveuse dans un bar de Longueuil depuis environ cinq ans et son patron était tout aussi surpris de ce qui lui arrive.

Elle est dotée d’un fort caractère, mais elle n’est pas pour autant une mauvaise personne, a indiqué André Talbot, propriétaire du bar Notre Société.

«Je ne l’ai jamais vue posséder, consommer ou vendre de la drogue», a-t-il insisté.

Grandes voyageuses

Pour sa part, le père de Mélina Roberge n’a pas souhaité faire de commentaire. Il s’est contenté de dire qu’il ne détenait aucun détail supplémentaire.

La plus jeune des trois accusés travaille comme gérante dans une bijouterie Pandora de Montréal. Malgré notre demande, son supérieur immédiat n’a pas répondu à notre appel.

Les deux amies semblent être de grandes voyageuses, si l’on se fie à leur profil sur le réseau Instagram.

Isabelle Lagacé
Photo Facebook
Isabelle Lagacé

Lien inconnu

Quant au troisième suspect, André Jorge Tamine, il est nettement plus âgé et il a été impossible d’établir son lien avec les deux jeunes femmes.

Le sexagénaire vit depuis une dizaine d’années dans un immeuble à logements de Saint-Laurent, selon sa concierge, qui a préféré taire son nom.

L’homme vivait seul et n’avait pas de conjointe ni d’enfants, a dit la dame qui l’a qualifié de «bon locataire». Jusqu’à tout récemment, il était propriétaire d’une petite entreprise d’entretien d’immeuble.

L’entreprise a toutefois été radiée en janvier dernier en raison de la non-production de deux déclarations de mise à jour annuelles consécutives.

Les trois accusés n’auraient aucun antécédent judiciaire.

– Avec la collaboration d’Éric Thibault