/news/currentevents
Navigation

Un client allergique aurait réclamé de l’argent à plusieurs restaurants

Il aurait eu des réactions allergiques graves dans trois restos visités

allergie
Photo courtoisie Simon-Pierre Canuel est resté une semaine aux soins intensifs après sa crise d’allergie survenue dans un resto de Sherbrooke.

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Un spécialiste de l’utilisation de l’Epipen victime d’une réaction allergique grave dans un restaurant de Sherbrooke en mai aurait également eu des réactions allergiques dans deux autres restaurants auxquels il aurait réclamé de l’argent.

Simon-Pierre Canuel, un Gatinois de 34 ans, avait commandé en mai dernier un tartare de bœuf, mais c’est plutôt un tartare de saumon qui lui avait été servi au restaurant Le Tapageur de Sherbrooke.

La crise d’allergie avait été fulgurante, au point où l’homme était demeuré hospitalisé aux soins intensifs pendant une semaine et par la suite plongé dans le coma durant deux jours.

Confirmation

La police de Sherbrooke a confirmé mercredi avoir reçu des informations voulant que l’homme ait réclamé des compensations financières à d’autres établissements, dont un en France, une nouvelle diffusée mercredi matin par le réseau Cogeco Nouvelles.

Dans une courte conversation téléphonique mercredi matin, Simon-Pierre Canuel s’est défendu d’avoir réclamé de l’argent auprès d’autres restaurateurs.

« Totalement faux »

«C’est totalement faux et des actions seront prises contre les personnes qui sont à l’origine de ces informations», a-t-il simplement répondu.

Il admet cependant vouloir poursuivre le restaurant Le Tapageur et lui avoir expédié deux mises en demeure.

En milieu de journée, son avocat, François Daigle, faisait parvenir à la station de radio FM93 et au journaliste Mathieu Boivin une mise en demeure.

La missive stipulait que les faits dévoilés étaient faux et que la source à l’origine de ces allégations était peu fiable.

Après les événements du mois de mai, la police avait arrêté et relâché le serveur. Le Directeur des poursuites criminelles et pénales étudie le dossier pour évaluer si des accusations de négligence criminelle pourraient être déposées.

La propriétaire du Tapageur n’a pas rappelé Le Journal mercredi.

Un litige de 17 000 $

Simon-Pierre Canuel n’en est pas à son premier litige devant les tribunaux. En mars 2015, une requête a été déposée afin qu’il rembourse avec un partenaire une somme de plus de 17 000 $ à un bénévole intéressé par les activités de secourisme.

Selon la poursuite, en utilisant son expérience d’ambulancier et d’infirmier à Paris, il aurait convaincu le bénévole de démarrer un OSBL dont la mission était d’assurer les premiers soins lors d’événements publics.

Dans sa requête, le bénévole allègue que les sommes réclamées pour l’organisation servaient à l’usage exclusif de M. Canuel et son partenaire et que l’argent a été obtenu sous de fausses représentations puisqu’il ne s’agit pas d’un OSBL.

Aujourd’hui, Simon-Pierre Canuel dirige l’entreprise Urgence Soins Médic, qui offre de la formation pour les premiers soins, dont l’utilisation de l’Epipen.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.