/opinion/columnists
Navigation

Immigration: le bal des hypocrites

Philippe Couillard, 
accompagné  de 
Pierre Moreau, 
ex-ministre.
photo d’archives, JOEL LEMAY Philippe Couillard, accompagné de Pierre Moreau, ex-ministre.

Coup d'oeil sur cet article

Dès qu’il est question d’immigration, Philippe Couillard et le PLQ ne pratiquent que deux registres: l’hystérie ou l’hypocrisie.

François Legault propose de baisser de 20 % le nombre d’immigrants accueillis annuellement au Québec, l’un des plus élevés au monde en pourcentage de notre population.

L’hystérie libérale tient dans la comparaison avec Donald Trump, si ridicule qu’elle en devient pathétique.

L’hypocrisie réside dans le fait de dire que M. Legault enfourche ce thème pour marquer des points politiques.

Bien sûr que oui, mais le PLQ, lui, se sert de l’immigration comme arme électorale depuis 100 ans.

De plus en plus, cela le dispense de faire des efforts pour séduire des francophones qui le répudient à hauteur de 75 %.

Faussetés

Sérieusement, avez-vous déjà vu le PLQ être en faveur d’autre chose que d’une hausse systématique des seuils d’immigration?

Pour lui, c’est comme appuyer sur le bouton de la machine à fabriquer de futurs électeurs libéraux.

Sérieusement, avez-vous déjà vu le PLQ post-Robert Bourassa faire le moindre effort en matière de francisation et d’intégration, alors qu’il a plutôt sévèrement amputé ces budgets depuis des années?

Il y a par ailleurs longtemps que la recherche sérieuse a établi que l’immigration ne résout durablement aucun des problèmes démographiques du Québec.

Elle ne règle pas les problèmes de pénurie de main-d’œuvre, comme en témoignent les taux de chômage chez les immigrants récemment arrivés.

Pour que l’immigration contribue positivement, il faudrait qu’il y ait une correspondance parfaite entre le profil des emplois vacants et le profil des nouveaux arrivants.

Elle sera cependant une source de «cheap labour» pour certains patrons.

Elle ne rajeunit pas le Québec, car l’âge moyen de l’immigrant qui arrive est trop proche de l’âge médian de la population générale.

Elle ne repeuple pas notre société, car la fécondité des nouveaux arrivants tend à s’aligner rapidement sur celle du reste du Québec.

J’aimerais aussi qu’on m’explique où est exactement le problème de vérifier, avant leur arrivée, quelles sont au juste les valeurs de ceux que l’on accueille sans aucune obligation de le faire.

La vérité oblige à dire que l’immigration ne posait guère de problèmes tant qu’elle provenait de pays dont les valeurs étaient similaires aux nôtres.

Menaçante

Si la CAQ se retrouve au beau milieu du champ de tir, c’est que les autres partis sentent bien qu’elle les menace.

Elle se positionne très exactement là où loge un Québec francophone qui voit bien que tout ne tourne plus rond depuis longtemps et qui accepte de moins en moins les sermons du clergé multiculturaliste.

Le PLQ craint pour ses sièges dans le Québec francophone. Le PQ actuel n’intéresse guère ceux qui ne sont pas déjà dans son orbite.

Québec solidaire se contorsionne comme au cirque pour réconcilier son féminisme et sa défense des femmes voilées.

L’immigration est devenue un sujet chaud dans toutes les sociétés occidentales avancées.

Pourquoi diable le Québec serait-il le seul endroit où il serait interdit d’en parler autrement que pour consentir?