/news/currentevents
Navigation

La mère d’Eugenie doit nettoyer sa maison

Le bâtiment de Westmount «met en danger la sécurité du public»

Un conteneur à déchets se trouve déjà dans l’entrée de garage de la maison de la mère d’Eugenie Bouchard.
Photo Ben Pelosse Un conteneur à déchets se trouve déjà dans l’entrée de garage de la maison de la mère d’Eugenie Bouchard.

Coup d'oeil sur cet article

Eugenie Bouchard avait peut-être une autre source de préoccupation cette semaine à New York. La cour vient d’ordonner à sa mère de nettoyer la maison où la joueuse de tennis a grandi à Westmount parce que le bâtiment «met en danger la sécurité du public».

Un conteneur à déchets se trouve déjà dans l’entrée de garage de la maison de la mère d’Eugenie Bouchard.
Photo Agence QMI, Joêl Lemay

Julie Leclair devra remettre en état sa résidence évaluée à près de 2 M$ pour se conformer à la réglementation municipale, a tranché la juge Chantal Corriveau, lundi. Et vite.

Car si la mère de «Genie» ne se conforme pas au jugement dans le prochain mois, la Ville de Westmount pourra envoyer ses employés faire le travail, et ensuite refiler la facture à la propriétaire.

La mère de la joueuse de tennis québécoise devra faire réparer la toiture, effectuer des tests de moisissures, faire traiter le bâtiment par un exterminateur et sécuriser les portes extérieures de tout bâtiment se trouvant sur son terrain, d’après le jugement.

La magistrate a aussi enjoint Mme Leclair à disposer des «sacs d’ordures et toutes matières malpropres situées à l’intérieur et à l’extérieur» de la maison. Celle-ci ne pourra pas non plus accumuler de nouveaux déchets, a noté la juge.

1/2 million $

Rendu la veille de l’élimination de Bouchard au U.S. Open, à New York, ce jugement pourrait-il devenir une distraction supplémentaire pour la joueuse de 22 ans, qui occupe actuellement le 39e rang mondial?

Le Journal révélait il y a deux ans qu’Eugenie Bouchard a mis à la disposition de sa mère une marge de crédit de 500 000 $. Mme Leclair devait elle-même un montant similaire au père de la joueuse de tennis pour sa part de la maison familiale.

Il semble d’ailleurs que les demandes de la Ville pour que Mme Leclair nettoie sa maison ne datent pas d’hier.

Il semble que du ménage avait été fait dans la résidence l’été dernier.
Photo Ben Pelosse
Il semble que du ménage avait été fait dans la résidence l’été dernier.

«L’immeuble est inhabité depuis au moins deux ans et contrevient à plusieurs règlements municipaux relatifs à la sécurité publique, l’insalubrité et la nuisance», lit-on dans la requête déposée par les avocats de Westmount en juin.

La mère d’Eugenie a reçu plusieurs constats d’infraction depuis décembre 2014 ainsi que la visite des pompiers et des policiers de Montréal en juin 2015.

Vermine

Un rapport d’inspection de la Ville de Westmount effectué ce même mois fait état de «signe de moisissure», d’«infiltration d’eau» et de la «présence probable de vermine telle que des souris et des rats».

«Des matières combustibles et un nombre excessif de sacs de déchets accaparent la plupart des pièces de l’immeuble», ce qui constituerait un «risque d’incendie sérieux», mentionne la requête.

Juste avant la Coupe Rogers, en juillet, Mme Leclair a signé un document stipulant qu’elle consentait à se conformer aux demandes de la ville.

La Ville de Westmount qualifie la situation de «malheureuse» et «espère qu’elle se résorbera» bientôt.

«Dans la mesure où l’état d’une propriété représente un danger pour la sécurité du public, on n’a pas d’autre choix que d’agir pour le bien de la communauté», a dit Me Martin St-Jean, directeur des affaires juridiques.

Julie Leclair a refusé de commenter.

«Mme Leclair n’a pas vécu là-bas depuis 2006. Elle a déménagé en Floride avec ses enfants», a quant à elle indiqué son avocate, Jacqueline Sanderson.