/misc
Navigation

Défaite crève-cœur du Rouge et Or

Les Carabins gâchent la fête et l’emportent 24 à 21

Coup d'oeil sur cet article

Encore une fois, on a eu droit à une bataille de tous les instants entre le Rouge et Or de l’Université Laval et les Carabins de l’Université de Montréal, bataille qui s’est soldée à l’avantage des Bleus par la marque de 24-21 dans un match présenté, hier au PEPS, en levée de rideau de la saison.

Pour le Rouge et Or, il s’agit d’une première défaite lors d’un match d’ouverture depuis la saison 2001 face aux Stingers de Concordia.

Un placement de 16 verges de Félix Ménard-Brière a fait la différence. Laval a bien repris le ballon avec une minute au cadran, mais a été incapable de tenter un placement quand Hugo Richard a conservé le ballon trop longtemps et les dernières secondes se sont envolées en fumée tout comme la potentielle tentative de placement pour créer l’égalité.

«Hugo ne paraît pas nécessairement bien sur cette séquence, mais il n’est pas à blâmer pour la défaite, a affirmé l’entraîneur-chef Glen Constantin. Il va pouvoir tirer une belle leçon de cette séquence. On avait le temps pour tenter un dernier jeu au lieu d’y aller d’un placement. Ce sont les revirements qui nous ont fait mal. On ne peut pas commettre autant d’erreurs et espérer vaincre une aussi bonne équipe que Montréal.»

Satisfait de l’effort

«Une interception et une échappée alors que nous étions en position de placement ont fait mal, de poursuivre Constantin.

«On a aussi échappé une passe de touché. Je ne suis pas content du résultat, mais je suis satisfait de l’effort. Je suis rassuré par la façon dont notre jeune ligne offensive s’est comportée contre leur front défensif qui est très bon.»

Comme à la Coupe Dunsmore l’an dernier, les revirements ont fait très mal au Rouge et Or. Un échappée de Anthony Dufour sur un botté d’envoi en fin de match a mené au placement de la victoire de Ménard-Brière. Le Rouge et Or a commis trois revirements au total.

« Tout un match »

Danny Maciocia était heureux de la victoire, mais craignait pour sa santé. «J’ai dit à Glen après le match qu’on ne pourrait pas continuer de disputer des parties aussi serrées sinon ça serait dangereux pour notre santé, a raconté l’entraîneur-chef des Carabins.

«J’étais convaincu que nous irions en prolongation. Les grands gagnants sont les partisans qui ont eu droit à tout un match encore une fois. Parce que Sean (Thomas-Erlington) est sorti du terrain en fin de match, nous avons laissé des secondes sur le terrain et je craignais que ça vienne nous hanter à la fin», a ajouté Maciocia

«Au cours des dernières années, nous avons développé une force mentale qui nous aide à trouver une façon de gagner en fin de match, d’ajouter Maciocia. On y croit jusqu’à la fin. A la demie, on a apporté quelques ajustements en protection.»

Bon travail de la ligne offensive

Avec quatre nouveaux partants, la ligne offensive lavalloise a bien fait, n’accordant qu’un sac.

Hugo Richard a complété plusieurs courtes passes pour faciliter le travail des gros bonhommes et l’ailier rapproché Antony Auclair a été mis à contribution de plusieurs façons.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.