/lifestyle/columnists
Navigation

Quels sont mes droits dans une union de fait?

Coup d'oeil sur cet article

Je suis en couple depuis 18 ans. Dès le début de notre union pour ne pas qu’on se dispute constamment sur «...qui a payé quoi?» comme ce fut le cas pour mes parents pendant toute leur vie commune et encore plus au moment de leur divorce, nous avions déterminé que j’assumerais les frais de nourriture et la moitié de l’hypothèque, alors que mon chum assumerait la mise de fond pour la maison ainsi que l’autre moitié de l’hypothèque. Étant entendu que la maison serait à son seul nom, vu qu’au moment de l’achat il était le seul à gagner suffisamment d’argent pour prendre cette responsabilité.

Jamais par la suite nous n’avons parlé d’argent puisque mon chum a toujours pris les décisions dans ce domaine vu qu’il a toujours fait le plus gros salaire. Récemment lors d’une discussion avec des amis qui sont tous mariés, on m’a appris que contrairement aux couples en union de fait des autres provinces canadiennes, nous les « en union de fait du Québec » n’avions aucune protection. Je suis restée bouche bée devant cette nouvelle tellement j’étais certaine qu’après un certain nombre d’années de vie commune, les lois nous protégeaient. Même s’il n’est pas question de séparation entre nous, la chose m’inquiète. Pourriez-vous éclairer ma lanterne à ce propos.

A.C.

Je ne vais pas vous rassurer parce qu’encore aujourd’hui, même si le Québec est champion des unions de fait des pays occidentaux, c’est la seule province à n’offrir aucune protection aux couples qui ne sont pas mariés. Par contre il se peut que les choses changent dans un avenir pas si lointain si on se fie aux conclusions d’un sondage effectué pour le Conseil du statut de la femme paru en mai dernier qui révélait que contrairement à il y a quelques années, une majorité de la population serait favorable à ce que les conjoints de faits bénéficient des mêmes protections financières que les couples mariés en cas de séparation. Comme le gouvernement s’apprête à réviser le droit de la famille, on peut espérer qu’il tienne compte de cette volonté citoyenne. Mais d’ici à ce que ça se produise, vous n’avez aucune protection.