/news/politics
Navigation

Coderre comparé à Donald Trump pour l’interdiction des pitbulls

Me Anne-France Goldwater croit que le maire «s’entête» en interdisant les pitbulls

GEN-MANIFESTATION-PITBULL-MONTREAL
Photo Agence QMI, Mathieu Wagner Des centaines de personnes ont manifesté pour exprimer leur désaccord avec les mesures que Montréal et d’autres villes envisagent de prendre contre les pitbulls.

Coup d'oeil sur cet article

Participant à la manifestation contre l’interdiction des pitbulls qui se déroulait hier à Montréal, la colorée avocate Anne-France Goldwater a critiqué la décision du maire Denis Coderre en le comparant au controversé candidat à la présidence des États-Unis Donald Trump.
 
«C’est la première fois qu’un pitbull tue une personne et il est prêt à tous les bannir, dénonce Me Goldwater. C’est exactement comme Donald Trump, aux États-Unis, qui dit que, parce qu’un viol a été commis par un Latino ( sic), tous les Mexicains sont des violeurs.»
 
L’avocate connue des Québécois pour avoir animé l’émission L’Arbitre n’a pas mâché ses mots dimanche alors qu’elle participait à une manifestation avec des centaines de personnes propitbulls au centre-ville de Montréal.
 
«C’est une attitude répugnante face à cette situation. Pour moi, c’est un instinct pernicieux qu’on ne peut pas tolérer comme avocat», a-t-elle fait valoir.
 
<b>A-F Goldwater</b>
<i>Avocate</i>
Photo Chantal Poirier
A-F Goldwater Avocate
 
Elle sortira les crocs 
 
Même si elle dit beaucoup apprécier Denis Coderre, l’amoureuse des chiens est toujours prête à sortir les crocs pour «attaquer» le règlement du maire qui prévoit l’interdiction des pitbulls à Montréal.
 
«J’ai croisé le maire dernièrement et il n’a pas oublié ma menace d’attaquer ce règlement. Par contre, M. Coderre sait que si on poursuit la Ville, ce n’est pas lui qui va payer de sa poche pour la défendre. C’est l’argent des contribuables montréalais qu’il va utiliser pour défendre son règlement», a-t-elle souligné.
 
La nouvelle réglementation devrait entrer en vigueur le 26 septembre.
 
Le cabinet du maire Coderre a répété hier qu’il ira de l’avant avec l’interdiction, malgré la grogne des propriétaires de chiens.
 
«Le règlement se fera comme prévu en septembre puisque nous avons tenu compte de l’avis de différents experts et que la priorité de l’administration demeure la sécurité du public», a-t-on indiqué.
 
Autre manifestation 
 
Les propriétaires et amis des pitbulls ne comptent pas en rester là. Plusieurs se présenteront au conseil municipal du 26 septembre, à l’hôtel de ville de Montréal.
 
«C’est un règlement inacceptable qui ne s’attaque pas réellement au problème des morsures. C’est plutôt un sentiment de crainte qu’on alimente en faisant croire que les pitbulls sont de mauvais chiens. Nous allons continuer à interpeller les élus», indique Mathieu Malaison, de Protection Pitbull, qui organisait la marche d’hier.
 
Rappelons que plusieurs villes du Québec ont resserré leur réglementation à la suite de la mort tragique de Christiane Vadnais, une Montréalaise de 55 ans tuée par un pitbull en juin dernier.

Règlement en vigueur le 26 septembre

  • Tous les propriétaires de chiens de type pitbull devront obtenir un permis spécial avant le 31 décembre pour avoir le droit de garder leur animal.
     
  • Les chiens devront être stérilisés et dotés de micropuces.
     
  • Les propriétaires devront prouver qu’ils n’ont pas de casier judiciaire.
     
  • Tout nouveau pitbull sera interdit sur le territoire de Montréal.