/finance/business
Navigation

Bauer soupçonné de délit d’initiés

Un important actionnaire réclame une enquête

Bauer soupçonné de délit d’initiés
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le bond de plus de 30 % de l’action du fabricant des équipements de hockey Bauer quelques minutes avant l’annonce de la décision de Paul Desmarais III de renoncer à entrer au conseil de l’entreprise vendredi est clairement dû à des délits d’initiés, selon l’ex-président du conseil de l’entreprise.

«C’est du délit d’initiés! Appelez ça comment vous voulez, il y a eu des transactions qui ont été faites vendredi qui n’étaient pas légales», a déclaré l’ancien président du conseil de l’entreprise, Graeme Roustan, en entrevue téléphonique au Journal.

La bataille est lancée

Roustan est engagé dans une bataille pour écarter le conseil d’administration actuel de Performance Sports Group (PSG), propriétaire de Bauer. Il a déjà déclaré avoir «l’équipe en place» pour racheter PSG si jamais l’entreprise n’arrive plus à payer ses créanciers.

Roustan est un homme d’affaires québécois respecté et bien branché dans le monde du sport. Il tente en ce moment d’amener une deuxième équipe de la Ligne nationale de hockey (LNH) dans la région de Toronto.

Il a souligné que le communiqué de PSG annonçant le retrait de Sagard Capital (un fonds d’investissement de Power Corporation dirigé par Paul Desmarais III) du conseil de PSG datait de 16 h 30 vendredi avant le long congé. Les marchés ferment à 16 h.

Possible fuite d’information

«L’action chute pendant des mois, et tout à coup ce bond de 30 % tout juste avant la fermeture du marché. Qu’est-ce qui s’est passé?» demande-t-il.

«Il y a soit quelqu’un dans la haute direction de PSG, soit quelqu’un dans la haute direction de Sagard Capital qui a laissé fuiter l’information», a-t-il dit.

Il a enjoint à la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO) et la Securities and Exchange Commission (SEC), qui enquêtent déjà sur PSG, de se pencher sur cette situation.

«Ils ont tout à fait les moyens de retracer l’origine de la fuite», a-t-il dit.

La CVMO, contactée par Agence QMI, n’a pas voulu commenter.

Selon Roustan, des spéculateurs ont pu faire des millions en quelques instants avec une information privilégiée comme celle du départ de Sagard Capital du conseil de PSG. «Je ne crois pas que la compagnie est en meilleure situation qu’elle ne l’était avant-hier. Je suis très suspicieux de ce qui se passe. Tout ça ne sent pas bon», a-t-il déclaré.

Potentiel conflit d’intérêts

Celui-ci a dit aussi espérer que la prochaine étape soit que Power Corporation remette l’information privilégiée obtenue dans les derniers mois auprès de PSG.

Selon lui, le conglomérat contrôlé par la famille Desmarais est en conflit d’intérêts potentiel, puisqu’une autre entreprise contrôlée en partie par la famille Desmarais a un siège au conseil d’Adidas (le fabricant des équipements CCM). Ensemble, CCM et Bauer contrôlent 90 % du marché des équipements de hockey dans le monde.