/sports/hockey
Navigation

Des relations de travail harmonieuses, selon la LNH

Des relations de travail harmonieuses, selon la LNH
MICHAEL FIALA/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

La Ligue nationale de hockey (LNH) n’entrevoit pas de lock-out à l’horizon, du moins pas dans le contexte actuel.

L’adjoint du commissaire de la LNH, Bill Daly, «ne voit aucun nuage» et ne pense pas que des modifications dans la convention collective soient nécessaires avant son expiration en 2022.

«Je pense que la satisfaction est générale, a-t-il indiqué à la radio SiriusXMNHL, mardi. De temps en temps, certains petits changements sont apportés, mais bon.»

«Une entente de travail est solide quand vous n’avez qu’à réaliser de petits ajustements en cours de route. Nous avons eu du succès en ce sens avec l’Association des joueurs (AJLNH), du moins, pendant les quatre premières années du contrat.»

Un pacte fragile
Les parties patronale et syndicale ont chacune l’option de se retirer de la convention collective après la saison 2019-2020. D’après les propos de Daly, le circuit ne semble pas entretenir le désir d’emprunter cette voie, mais l’état du dollar canadien pourrait-il changer la donne du côté des joueurs?

Le montant en fiducie retenu sur le salaire des joueurs, un des paramètres les plus litigieux du dernier conflit de travail de la LNH réglé au tournant de 2012 et de 2013 - non sans atrophier la saison alors prévue au calendrier -, pourrait de nouveau poser problème si le huard ne retrouve pas de sa vigueur prochainement.

Dans le but de répartir également les revenus hockey entre la ligue et les joueurs, le pourcentage du montant prélevé sur le salaire des joueurs varie selon les bénéfices engrangés. Cette somme leur est retournée ou est conservée par la LNH à la fin de la saison pour arriver à un partage égal des revenus.

Or, les profits n’ont pas égalé les attentes la saison dernière en raison de la baisse du dollar canadien, ce qui signifie que davantage d’argent est sorti des poches des hockeyeurs.

En janvier 2016, un agent avait indiqué au réseau TSN que l’AJLNH avait l’intention de quitter la convention collective, une décision qui pourrait mener à un troisième arrêt de travail depuis le début des années 2000.