/sports/hockey/canadien
Navigation

Laval aura son Rocket

Le club-école du Tricolore a dévoilé le nom de sa concession qui ouvrira ses portes la saison prochaine

Laval aura son Rocket
Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Le sort en est jeté! La filiale du Canadien de Montréal qui s’installera sur l’île Jésus à compter de la saison 2017-18 se nommera le Rocket de Laval.

Le club-école du Canadien, qui déménagera la saison prochaine à Laval, a maintenant un nom: le Rocket.

 

À LIRE AUSSI:

La nouvelle a été annoncée, jeudi, alors que l’identité de la future formation de la Ligue américaine de hockey (LAH) a été déterminée au terme d’un sondage réalisé auprès des amateurs.

Dans la phase finale de celui-ci, le nom du Rocket (51 %) a facilement devancé celui des Rapides (25 %) et des Patriotes (24 %) après un scrutin de 54 000 votes.

«On n’avait pas d’objectifs en termes de participation, mais je dois avouer que ça dépasse de beaucoup ce que l’on attendait, a indiqué le président de la Place Bell, Vincent Lucier, lors d’une entrevue avec Le Journal de Montréal.

«Par comparaison, dans les autres villes de la LAH, ce type de concours obtient 4 ou 5000 votes. Dans notre cas, c’est dix fois plus, donc c’est excellent.»

 

Un historique négatif, mais...

On se souvient qu’une franchise de la LHJMQ a déjà porté le nom de Rocket entre 1999 et 2003. Toutefois, après seulement quatre saisons, elle avait déménagé à l’Île-du-Prince-Édouard en raison d’un problème d’assistances.

Malgré ce passé peu reluisant, Lucier ne craint pas que les gens fassent des liens entre le défunt Rocket de Montréal et la nouvelle concession lavalloise.

«Je ne vois pas le nom du Rocket comme un échec, mais plutôt une façon de rendre hommage à un des plus grands joueurs de tous les temps», a-t-il commenté.

Pour le spécialiste en marketing sportif André Richelieu, il est possible de se défaire de la réputation d’un produit qui n’a pas été couronné de succès à sa première tentative.

«Il sera important de ne pas avoir de fusée dans le logo comme c’était le cas avec l’équipe de la LHJMQ et de mettre l’emphase sur Maurice Richard et sa légende, a souligné le professeur de l’UQAM. De cette façon, les dirigeants pourraient faire des liens avec la tradition d’excellence du Canadien.

«Ça pourrait aussi donner de la crédibilité et du prestige à cette nouvelle équipe.»

Une identité propre

Avec un nom en poche, les dirigeants du Rocket peuvent maintenant plancher sur la création du logo et de l’uniforme de leur équipe.

D’ailleurs, ils auront des rencontres à cet effet au cours de la prochaine semaine avec l’objectif de dévoiler le tout avant la période des Fêtes. Est-ce qu’ils auront carte blanche?

«On n’a pas eu de directives de la part du Canadien à ce niveau jusqu’à présent, a affirmé Vincent Lucier. On souhaite cependant avoir notre propre identité.»

Il est presque assuré que le traditionnel Bleu-Blanc-Rouge sera mis en évidence. On peut se demander si le logo du Rocket sortira du conservatisme auquel on est habitué chez le Canadien. Un dossier à suivre...

♦ La vente d’abonnements de saison du Rocket de Laval pour la prochaine campagne s’amorcera dans quelques semaines.

 

Les résultats du vote final pour le nom de la concession de Laval:

  • Patriotes : 24 %
  • Rapides: 25 %
  • Rocket: 51 %
  • Nombre de votes: 54 000

► Premier match du Rocket de Laval: saison 2017-18

 

 

 

Sondage
Aimez-vous le nom choisi par le public?

Oui, c’était aussi mon choix.

Oui, même si j’aurais préféré autre chose.

Non, mais ça ne me dérange pas vraiment.

Non, je n’aime pas ça.