/news/currentevents
Navigation

Un pilote québécois meurt en Floride

L’avion loué par l’ex-enseignant montréalais s’est écrasé

Robert Chartrand
Photo facebook Robert Chartrand pilotait des petits avions de type Cessna ou Piper Warrior.

Coup d'oeil sur cet article

Un enseignant montréalais à la retraite est mort dans un accident d’avion en Floride, le week-end dernier, alors qu’il réalisait son rêve de jeunesse.

Robert Chartrand, surnommé «Bob» ou «Big Fish» par ses amis à cause de son tempérament humoristique, a travaillé pendant 35 ans comme professeur d’éducation physique à la LaSalle Community Comprehensive High School.

Dès l’arrivée de sa retraite, il y a 10 ans, l’homme de 66 ans s’est consacré à sa passion pour l’aviation.

«C’était son rêve de jeunesse. Il en rêvait, en parlait à tout le monde, il faisait faire des voyages à tous ses amis», raconte son ancien collègue de travail, Serge Bellemare.

Selon un ami de longue date, Luc Boudreau, M. Chartrand possédait une résidence principale à LaSalle, dans le Sud-Ouest, à Montréal, et une résidence secondaire en Floride.

Pilote depuis cinq ans

C’est là qu’il a suivi des cours de pilotage pour obtenir sa licence, il y a cinq ans. Depuis, il voyageait en louant des petits avions de type Cessna ou Piper Warrior.

Selon sa page Facebook, il aspirait à voyager jusqu’aux Bahamas cette année.

Samedi dernier, avec son ami Frédérick Gautzch, un pilote expérimenté de 73 ans qui faisait des acrobaties d’avion dans les années 1990, il a quitté Pompano Beach en direction de Key Largo.

Vers 10 h, leur appareil s’est écrasé dans l’océan Atlantique près de Dania Beach. C’est M. Gautzch qui était aux commandes. Selon le rapport émis par la police, les deux hommes ont été retrouvés à 200 mètres au large des côtes. Ils seraient morts sur le coup. L’avion se trouve à 20 pieds de profondeur.

Tempête soudaine

La cause de l’écrasement fait toujours l’objet d’une enquête, mais certains médias floridiens suggèrent que les deux comparses pourraient avoir été surpris par une tempête soudaine.

Ironiquement, Robert Chartrand avait pris soin d’envoyer un courriel à ses amis pour les rassurer en raison du mauvais temps des derniers jours après le passage de l’ouragan Hermine.

«Suite aux appels que je reçois, non nous ne sommes pas affecté par l’ouragan, avait-il écrit. [...] C’est nuageux, mais on annonce ensoleillé et partiellement ensoleillé pour les deux prochaines fins de semaine.»

Habituellement, M. Chartrand ne traversait du côté américain que l’hiver. Mais des billets à prix réduit l’ont poussé à traverser la frontière pour l’été, a raconté un proche.

«Il a vécu sa vie, aimé sa vie et il est mort en faisant ce qu’il aimait», a écrit un couple d’amis de l’enseignant dans son recueil funéraire.