/sports/rio2016
Navigation

Brent Lakatos nouveau champion paralympique du 100m

Brent Lakatos
Photo AFP Brent Lakatos

Coup d'oeil sur cet article

Le champion du monde en titre du 100 m de la classe T53, le Dorvallois Brent Lakatos, est devenu champion paralympique de para-athlétisme vendredi soir à Rio. Il s’agit de la première médaille d’or de sa carrière aux Jeux paralympiques.

«C’est une soirée riche en émotion. Je suis tellement content et fier. C’est vraiment quelque chose de spécial», a commenté d’emblée le Québécois.

Dès le départ, le Canadien s’est distancé de ces adversaires. Il a franchi la ligne d’arrivée en 14,44 s. Le Thaïlandais Pongsakorn Paeyo (14,80 s) a fini deuxième et le Chinois Li Huzhao a terminé troisième en réalisant son meilleur temps de la saison avec 14,85 s.

«Je ne savais pas ce qui allait se passé. J’étais nerveux parce que j’ai vu qu’il y a eu deux autres records paralympiques en qualifications, a ajouté l’athlète de 36 ans. Au départ, je pense seulement à mes deux premières poussées. Je le fais tellement de fois en entraînement que le reste vient naturellement. J’essaie de bloquer les bruits de la foule et je ferme les yeux.»

Par le passé, Lakatos a fini 5e de cette épreuve aux Jeux de Londres (2012), 6e à Pékin (2008) et 21e à Athènes (2004).

En matinée, en qualifications, le médaillé d’or des Jeux parapanaméricains de Toronto l’été dernier a établi une marque paralympique de 14,43 secondes.

Samedi, le Canadien sera de retour sur la ligne de départ pour les qualifications du 400 m. Il excelle aussi dans cette épreuve. Le vice-champion paralympique des Jeux de Londres a aussi une médaille d’or aux Jeux parapanaméricains 2015 et une d’argent aux Championnats du monde 2015.

«Je pense la finale de dimanche sera difficile. Pongsakorn Paeyo, qui a fini deuxième, pousse très vite et il est bon au 400 m. Il y a aussi deux Chinois et un Américain à surveiller. J’ai le meilleur temps au monde cette année, mais ça ne veut rien dire maintenant.»

Plus tôt dans la journée, aux rondes de qualification de cette même épreuve, Jean-Philippe Maranda, de Sainte-Aurélie, a vu son parcours s’arrêter après sa sixième place obtenue dans sa vague.