/news/health
Navigation

Premier pas vers une clinique contre les allergies

Coup d'oeil sur cet article

Les efforts d’un médecin et de parents qui veulent créer la première clinique canadienne pour guérir les enfants souffrant d’allergies alimentaires ont porté leurs fruits puisque la direction du CHU Sainte-Justine a approuvé le projet.

Toutefois, rien n’est encore joué, car il faudra amasser 750 000 $ pour mettre la clinique sur pied et assurer ses trois premières années de fonctionnement.

Le traitement, appelé immunothérapie orale, consiste à donner de petites doses d’un allergène, jusqu’à ce qu’il soit toléré par le corps. Une méthode efficace qui a fait ses preuves aux États-Unis, assure l’allergologue Philippe Bégin. «Des patients ont été guéris d’une allergie aux arachides, au lait, au blé ou au soya, parfois même jusqu’à cinq allergies en même temps», dit-il.

Pour la présidente du groupe ByeByeAllergies, Anne-Sophie Tétreault, l’approbation de l’hôpital signifie qu’«on peut ouvrir la machine, aller voir des grandes entreprises pour des fonds».

Formé de parents d’enfants allergiques, son groupe a amassé plus de 69 000 $ depuis un an, mais l’accord de Sainte-Justine est une garantie pour les fonds récoltés.

«Pour les producteurs de lait ou de noix, par exemple, c’est gagnant de nous aider, car on va guérir les allergies», souligne-t-elle.