/sports/rio2016
Navigation

Les Canadiens encaissent un troisième revers consécutif

Coup d'oeil sur cet article

Sur le coup à l’attaque et active en défense, l’équipe canadienne masculine de basketball en fauteuil roulant était méconnaissable sur le terrain à son troisième match des Jeux paralympiques. Ce ne fut toutefois pas suffisant pour battre l’Australie, qui l’a emporté 78-53, samedi après-midi, à Rio.

Les deux formations se connaissent bien. Elles se sont affrontées lors des trois dernières finales paralympiques. Si le Canada l’a emporté à Londres en 2012 et à Athènes en 2004, les Australiens sont médaillés d’or des Jeux de 2008 à Pékin. «Nous avons une belle rivalité contre cette équipe», a affirmé le meneur de l’équipe nationale David Eng.

Tout de même, il s’agit d’un troisième revers consécutif pour la formation canadienne, qui voit ses chances d’accéder aux rondes éliminatoires s’affaiblir. «La défaite aux deux premiers matchs a été plus difficile à digérer, mais pas cette fois. Nous avons beaucoup mieux joué», a expliqué le Montréalais.

Les Canadiens n’ont jamais cessé d’être dans le coup contre les champions du monde en titre. Tirant de l’arrière 28-36 après la première demie, l’écart s’est davantage creusé en deuxième, mais les joueurs ont poursuivi le travail entamé.

«Ça cliquait bien à l’attaque et nous avions une bonne communication en défense. Si nous avions joué comme ça dans les deux autres matchs, ce n’est pas trois défaites que nous aurions, mais deux victoires et une seule défaite», a affirmé Eng, qui a totalisé 17 points dans la rencontre.

Plus disciplinés, les Canadiens ont pu mieux capitaliser sur leurs occasions de marquer, même contre cette puissance mondiale. «Dans l’ensemble, nous avons sorti un bon match et nous pouvons être fiers de ce que nous avons fait. Nous avons joué notre meilleur basket de tout le tournoi et de loin, autant en défense qu’à l’attaque», a mentionné le Sherbrookois Jonathan Vermette.

Pas la panique à bord

Malgré une fiche vierge de victoire depuis le début du tournoi paralympique, les Canadiens ne sont pas en mode panique. Rappelons que des 12 membres de la formation nationale, six athlètes en sont à leurs premiers Jeux paralympiques. «Nous restons calmes. C’est sûr que c’est beaucoup de pression. Nous sommes seulement un groupe jeune qui manque d’expérience», a mentionné Eng.

«Notre plus gros défi présentement, ce n'est pas nos adversaires, c’est nous-mêmes, a poursuivi le co-capitaine de l'équipe. Il faut être capable de gérer nos émotions, de rester disciplinés et de suivre notre plan de match.»

Il reste aux Canadiens deux matchs pour se reprendre dans le tour préliminaire. Ils affronteront les Japonais dimanche, puis les Turcs lundi. «Ce sont deux très bonnes équipes. Nous avons le potentiel pour les battre si nous faisons une partie parfaite. Nous y sommes parvenus pendant quelques minutes, puis pendant des quarts complets, maintenant il faut le faire pendant 40 minutes», a expliqué Vermette.

«Continuons de jouer comme nous avons joué aujourd’hui [samedi] et nous verrons ce qui va se passer. Je sais que nous saurons montrer au monde ce dont nous sommes capables. Si nous sommes capables d’accomplir ça d’ici la fin, je crois que je serai satisfait de mes quatrièmes Jeux paralympiques», a conclu Eng.