/news/transports
Navigation

Les autobus scolaires électriques font du chemin

À Québec, un premier véhicule transporte une centaine d’élèves

Jean Langevin (à gauche) conduit le tout premier autobus électrique de la région de Québec, qui a été acheté par Autobus Auger, dont Sylvain Auger (à droite) est le PDG.
photo stevens leblanc Jean Langevin (à gauche) conduit le tout premier autobus électrique de la région de Québec, qui a été acheté par Autobus Auger, dont Sylvain Auger (à droite) est le PDG.

Coup d'oeil sur cet article

À Québec, un tout premier autobus scolaire électrique transporte une centaine d’élèves depuis la rentrée. Ces véhicules gagnent en popularité puisqu’on en comptera une cinquantaine cette année sur les routes de la province, soit quatre fois plus que l’an dernier.

La commission scolaire de la Capitale a dû ajouter cette année deux nouveaux trajets d’autobus à Val-Bélair et à Loretteville du fait de l’augmentation du nombre d’élèves dans ce secteur.

Elle a choisi d’opter pour des véhicules électriques puisque l’environnement «fait partie de nos préoccupations», expli­que sa porte-parole, Marie-Élaine Dion.

Futures acquisitions possibles

Le véhicule a été acquis par Autobus Auger, qui a remporté l’appel d’offres de la commission scolaire. Depuis la fin août, une centaine d’élèves des écoles de L’Odyssée et Roger-Comtois montent à bord chaque jour. «On va faire le test cette année et si ça se passe bien, on prévoit en acheter un par an», dit Sylvain Auger, le PDG de l’entreprise.

Un autre transporteur de Québec, Autobus Laval, vient aussi de faire l’acquisition de deux autobus scolaires électriques qui circuleront dans les rues de Beauport d’ici deux semaines.

Pour Nicolas Girard, directeur de la flotte, il est «logique» d’avoir recours à des véhicules électriques pour le transport scolaire puisque les trajets sont déterminés à l’avance. Selon des estimations «très conservatrices», les coûts d’un véhicule électrique amortis sur huit ans devraient être égaux ou moins élevés que ceux d’un autobus traditionnel, dit-il.

Une cinquantaine dans la province

Les autobus scolaires électriques gagnent en popularité aux quatre coins de la province, puisqu’ils seront quatre fois plus nombreux cette année par rapport à l’an dernier, indique Marc-André Pagé, directeur du développement des affaires chez Autobus Lion, l’entreprise qui produit ces autobus 100 % québécois fabriqués à Saint-Jérôme.

Un programme provincial de subvention pour l’achat d’autobus scolaires électriques, disponible depuis mars, a fait toute la différence pour cette entreprise, indique M. Pagé. Québec y consacrera 6 millions $ annuellement pendant les quatre prochaines années.

Données techniques

Autonomie de 90 à 150 kilomètres (selon le nombre de batteries)

Réduction d’environ 23 tonnes d’émissions de gaz à effet de serre par année comparé à un autobus standard.

Véhicule très silencieux, si bien que des signaux sonores semblables à ceux du métro de Montréal ont été ajoutés pour annoncer l’arrivée et le départ de l’autobus.

Le véhicule a été testé en Abitibi et au Lac-Saint-Jean dans des conditions difficiles, lors de journées très froides en hiver et dans des côtes très abruptes.

Coût: environ 285 000 $ (sans la subvention provinciale)