/finance/business
Navigation

Récolte exceptionnelle pour les vignerons

Récolte exceptionnelle pour les vignerons
Photo courtoisie, Eliane Thibault

Coup d'oeil sur cet article

CANTON DE HATLEY | Avec la chaleur de l'été, la récolte de raisins s'annonce particulièrement prometteuse pour les vignerons du Québec. En Estrie, un vignoble géré avec les préceptes de la biodynamie connaîtra lui aussi un millésime exceptionnel.

Le vignoble d'Ève Rainville et de Marc Théberge, le Domaine Bergeville, regorge de belles grappes bientôt prêtes pour les vendanges. Cette année, le raisin recueilli devrait leur permettre d'embouteiller 15 000 bouteilles de vin mousseux, prêt à boire au minimum dans deux ans.

Leur champ, qui compte environ 11 000 vignes, est l'un des deux seuls certifiés biodynamiques au Québec.

Le couple a découvert cette approche lors de nombreux voyages en Europe. Celle-ci considère le vignoble comme un ensemble et tient compte de tous les éléments qui peuvent entrer en relation avec la vigne. Le sol, les plantes, les arbres environnants et même la vie animale sont pris en considération.

«On veut faire en sorte que cet organisme soit performant en minimisant ce qui arrive de l'extérieur et en misant sur ce qui est déjà sur place. Éventuellement, on veut que cet organisme puisse devenir autosuffisant», explique Ève Rainville.

Le fumier utilisé en est un exemple. Le couple s'approvisionne auprès d'un fermier de la région plutôt que d'utiliser du fumier commercial. Le fait que ses bêtes aient brouté la flore et les végétaux du même environnement aide pour la productivité de la vigne et améliore la qualité du raisin.

«On aimerait un jour installer des ruches pour que les pollinisateurs qui travaillent pour nous soient locaux», ajoute Mme Rainville.

Vers le mousseux

Avec l'idée d'accepter les éléments de la nature plutôt que de les combattre, l'idée de ne produire que du vin mousseux s'est imposée. Le Domaine Bergeville est le seul au Québec à s'y consacrer exclusivement.

Les vignes adaptées au climat québécois donnent un raisin plus acide, idéal pour ce type de produit. De plus, lors de leurs recherches, les vignerons ont constaté que le Canton de Hatley, en Estrie, disposait de la même climatologie que la région française de Champagne, il y a 20 ans.

«Souvent les gens reprochent aux vins du Québec d'être très acides. Par contre, les bons mousseux, ce sont des vins qui ont une grande acidité. La bulle a cette particularité d'inhiber nos senseurs d'acidité sur la langue», dit Marc Théberge.

Celui-ci ajoute que les vins mousseux ont de plus en plus la cote au Québec et qu'ils ne sont plus exclusivement associés aux événements festifs. Des restaurants montréalais proposent même les produits du Domaine Bergeville pour accompagner un repas au même titre que le vin de table traditionnel.