/entertainment/movies
Navigation

Après «Blade Runner», Denis Villeneuve aimerait revisiter «Dune»

Denis Villeneuve
AFP Denis Villeneuve

Coup d'oeil sur cet article

En plein tournage pour la suite de Blade Runner, Denis Villeneuve semble déjà avoir un autre monstre sacré de la science-fiction dans sa mire.

Visiblement, le réalisateur a eu la piqûre avec Arrival, son premier film de science-fiction. Mais son goût pour le genre ne date pas d’hier.

En entrevue avec Variety, le réalisateur a confié être un mordu de science-fiction depuis l’adolescence.

«2001: L’odyssée de l’espace m’a vraiment marqué quand j’étais adolescent. Blade Runner et Rencontre du troisième type sont aussi parmi mes préférés. Je suis toujours à l’affût de matériel sci-fi, mais c’est dur de trouver du bon matériel qui ne parle pas que d’armement. Je rêve depuis longtemps d’adapter Dune, mais le processus pour acquérir les droits est long, et je ne crois pas que je réussirai. J’adorerais aussi écrire quelque chose moi-même. J’ai deux projets [de science-fiction] en ce moment qui sont à des stades très embryonnaires. Il est encore trop tôt pour en parler.»

—Denis Villeneuve, Variety

 

Choisi par Ridley Scott pour diriger la suite de Blade Runner et fort de son succès avec Arrival à Venise et à Toronto, Villeneuve semble le candidat idéal pour s’attaquer au classique de 1965 de Frank Herbert.

Mais bien d'autres s'y sont cassé les dents avant lui.

 

Le parcours sinueux de Dune

Au milieu des années 1970, l’excentrique réalisateur franco-chilien Alejandro Jodorowsky n’avait jamais réussi à financer son (trop) ambitieux projet: une monumentale saga de 14 heures mettant en vedette David Carradine, Orson Welles, Mick Jagger, Amanda Lear et le peintre surréaliste Salvador Dalì (dans le rôle de l’empereur), dans un univers psychédélique imaginé par Moebius (Jean Giraud) et H. R. Giger (l’artiste derrière les terrifiantes créatures d’Alien de Ridley Scott) et mis en musique par Pink Floyd et le groupe de prog rock français Magma.

Bien que le projet n’ait jamais vu le jour, on en retrouve aujourd’hui les traces dans plusieurs grandes œuvres de science-fiction, dont Star Wars, Blade Runner, Alien, et La Matrice.

L’histoire a d’ailleurs fait l’objet d’un excellent documentaire, Jodorowsky’s Dune, en 2014.

 

Sables mouvants

Bien qu'elle jouisse aujourd'hui d'un certain statut de film culte, l'adaptation de David Lynch de 1984 a reçu un accueil plutôt froid des critiques et du public.
Universal
Bien qu'elle jouisse aujourd'hui d'un certain statut de film culte, l'adaptation de David Lynch de 1984 a reçu un accueil plutôt froid des critiques et du public.

Ironiquement, le projet s’était ensuite retrouvé entre les mains de Ridley Scott, qui avait plutôt choisi de miser sur Blade Runner, avant d’être finalement mené à terme par David Lynch, en 1984.

Après la réception plutôt tiède du public et de la critique, ce dernier s’était quelque peu distancié du projet, demandant que son nom soit retiré du générique et remplacé par Alan Smithee, un prête-nom souvent utilisé par des réalisateurs qui ne souhaitent pas être associés à une œuvre.

Depuis, Dune a aussi été adapté en plusieurs téléséries, jeux de société et jeux vidéo.

En 2011, après quatre ans de travail, Paramount avait ultimement renoncé au projet d’adapter une nouvelle fois l’œuvre titanesque de Frank Herbert au cinéma.

 

Une pause bien méritée

Joint par Le Journal sur le plateau de Blade Runner 2, à Budapest, après la première mondiale d’Arrival à la Mostra de Venise, Denis Villeneuve a avoué avoir envie de prendre une pause avant d’entreprendre d’autres projets à aussi grande échelle.

«[...] je m’aperçois que je vais avoir besoin de repos après ce gros tournage. Je me rends compte qu’au cours des six dernières années, je vais avoir fait cinq films, dont Blade Runner 2. Je crois qu’après ce tournage, je vais faire une pause et élaborer un projet plus personnel.»

Même s’il réussissait à mettre la main sur les droits d’adaptation, il est donc peu probable qu’un Dune de Denis Villeneuve puisse voir le jour dans un proche avenir.