/news/politics
Navigation

Uber: la CAQ demande la fin du «Far West»

UBER-GERMANY/INJUNCTION
Photo Archives / Journal de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

La Coalition avenir Québec (CAQ) demande au gouvernement Couillard de régulariser la situation des chauffeurs de taxi d’Uber sans attendre la fin du délai de 20 jours devant s’écouler avant l’entrée en vigueur de l’entente conclue il y a une semaine.

«Il est vrai que dans la loi, le projet-pilote ne serait pas applicable avant 20 jours [suivant sa publication le 9 septembre]. Présentement, c’est le Far West, on saisit les véhicules, on impose des amendes de 3750 $ aux chauffeurs fautifs. Le ministre doit mettre son poing sur la table et déposer un décret immédiatement», suggère le député François Bonnardel, en entrevue avec Le Journal.

Par ce décret, le ministre des Transports, Laurent Lessard, viendrait annuler le délai de 20 jours inscrit dans la loi 100, adoptée en juin. Ce délai doit s’écouler avant qu’Uber soit autorisée à offrir ses services en terre québécoise. «Il faut arrêter ces saisies parce que dans 10 jours à peine Uber sera légal. Il faut appliquer le gros bon sens. On dit à la police du taxi: appliquez la loi parce que le projet-pilote n’est pas applicable avant 20 jours, c’est ridicule», estime M. Bonnardel.

La CAQ demande aussi au gouvernement Couillard de trouver un moyen d’indemniser les chauffeurs de taxi traditionnels qui voient la valeur de leurs permis de taxi fondre sous la pression provenant d’Uber. Le fonds de modernisation de l’industrie du taxi pourrait servir à cette fin, suggère François Bonnardel. «Le ministre doit répondre aux inquiétudes de l’industrie du taxi et nous dire ce qu’il va faire avec l’argent.»

La CAQ persiste à soutenir qu’il est possible de faire cohabiter «la révolution Uber» et l’industrie du taxi. «C’est cette capacité de tolérer le changement qui est en jeu. Le défi que le gouvernement a est de rassurer l’industrie du taxi en lui disant: voici votre part de la tarte, l’autre partie ira à Uber. Au final, c’est le consommateur qui va gagner. Il aura la liberté de choisir. L’industrie va s’améliorer», prévoit le député de Granby.