/news/health
Navigation

Chiropractie gratuite aux gens dans le besoin

Chiropractie gratuite aux gens dans le besoin
photo Amélie St-Yves

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES  |  Des étudiants de l’UQTR permettent à des résidents d’habitations à loyer modique (HLM) de bénéficier gratuitement de soins en podiatrie, kinésiologie, et maintenant en chiropractie.

Cécile Duval ne bougeait presque plus son bras droit depuis un an et demi quand elle a reçu un papier mentionnant un nouveau service en chiropractie, offert par les étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières, sous la supervision de professionnels.

«Le mal était vraiment intense. Je n’avais pas la force de tuer un maringouin», raconte-t-elle. Une mauvaise chute lui avait brisé une vertèbre et depuis, elle souffrait de douleurs chroniques.

La dame a téléphoné, et puis a bénéficié de huit traitements gratuits sur deux mois, qui lui ont permis de retrouver la mobilité, et de recommencer à jouer avec ses petits-enfants.

Elle voit ses traitements comme un gros cadeau du ciel.

«Je n’aurais pas eu les sous pour me payer cela. J’aurais enduré mon mal encore», raconte-t-elle.

Chiropractie gratuite aux gens dans le besoin
photo Amélie St-Yves

 

L’étudiante qui l’a traitée, Karina Patenaude, est touchée d’entendre son témoignage.

«Ça me prouve que j’ai eu raison d’offrir mon temps. Mon objectif de base était vraiment d’aider les gens qui n’ont pas les moyens», dit-elle.

Le temps des quatre internes en chiropractie qui donnent une demi-journée par semaine à la clinique communautaire n’est pas comptabilisé dans le cheminement universitaire, il s’agit purement de bénévolat.

«On a l’opportunité d’aller donner des soins en Bolivie, alors pourquoi ne pas le faire à côté de chez nous? Pour des gens qui en ont besoin?», illustre l’étudiante, qui y voit par le fait même une occasion de perfectionner ses apprentissages.

Karina Patenaude retire un réel sentiment d’accomplissement de son engagement et envisage de garder un peu de pratique bénévole quand elle sera sur le marché du travail.

1600 personnes

Environ 1600 personnes vivent dans des HLM à Trois-Rivières. La clinique communautaire qui leur est offerte pourrait vraiment les aider à améliorer leur sort, estime le président du conseil d’administration de l’Office municipal d’habitation Robert De Nobile.

«C’est un plus au niveau de la qualité de vie et de l’émancipation. Ça a des retombées sociales extraordinaires», dit-il.

Robert De Nobile ne cache pas que d’autres services professionnels pourraient éventuellement s’ajouter au projet.