/investigations/police
Navigation

Vague d’incendies criminels contre le clan Rizzuto

Trois cafés liés à la mafia sicilienne ont été visés en moins d’une semaine

Coup d'oeil sur cet article

Trois cafés liés au clan du défunt parrain Vito Rizzuto ont été visés par des incendiaires en moins d’une semaine. Un mystérieux message laissé dans une bouteille près de l’un d’eux laisse penser qu’on tente d’exterminer ce qui reste du clan sicilien à Montréal.

Sans tambour ni trompette, dans l’ombre du retour des Hells Angels au Québec, la mafia montréalaise semble en proie à de vives tensions.

Empire et Dilallo

Ce n'est pas la première fois que des établissements liés à la Table de la mafia sont visés, mais cette fois-ci, il semble qu’on s'est assuré de passer un message.

Dans la nuit du 9 septembre dernier, le Café Empire de la rue Jean-Talon Est a vu sa vitrine fracassée par un objet incendiaire.

Selon des sources policières, ce café était le lieu de rencontre du parrain intérimaire de la mafia montréalaise, Stefano Sollecito, emprisonné depuis novembre dernier après les opérations policières Magot et Mastiff.

La même nuit, des vandales auraient aussi visité le restaurant Dilallo, situé à quelques mètres du café Empire.

Cet établissement qui sert des hamburgers est administré par Vito Salvaggio et a comme troisième actionnaire une société à numéro située au domicile de Léonardo Rizzuto, fils du défunt parrain Vito Rizzuto. Cette firme est immatriculée au nom de la mère de Leonardo Rizzuto, qui a aussi été arrêtée dans la rafle antimafia de novembre dernier.

«Les suspects s'étaient enfuis à pied à l’arrivée des premiers policiers. Nous sommes toujours à leur recherche», a confirmé le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Selon nos sources, c’est dans une ruelle située non loin de là que la police aurait trouvé un message destiné au clan sicilien dont le leadership chancelant est remis en question. Le SPVM a refusé de confirmer qu’un tel message a été récupéré sur la scène.

Bellerose

Enfin, lundi au petit matin, un cocktail Molotov a été lancé contre la vitrine du café Bellerose, situé dans le quartier Vimont à Laval. L’engin incendiaire n’a fait que très peu de dommages à l’établissement.

En septembre 2010, au même endroit, l’homme de main de la famille Rizzuto, Enio Bruni, tombait sous les balles de ses assassins alors que le parrain était encore incarcéré aux États-Unis.

1. 9 septembre

Café Empire

Photo courtoisie
  • Rue Jean-Talon Est à Montréal

2. 9 septembre

Restaurant Dilallo 

Photo courtoisie
  • Rue Jean-Talon Est à Montréal

3. 12 septembre

Café Bellerose

Photo MARTIN ALARIE
  • Boulevard Bellerose Est à Laval

 

Il refuse de devenir le parrain

 

Tony Mucci, chef mafieux
Photo CHANTAL POIRIER
Tony Mucci, chef mafieux

Le chef de clan mafieux Tony Mucci se serait fait demander par la famille Rizzuto de devenir le prochain parrain de la mafia montréalaise, selon les sources consultées par notre Bureau d’enquête.

Selon ces mêmes sources, l’homme de 61 ans aurait refusé l’offre en raison de l’instabilité grandissante au sein du crime organisé italien.

Mucci, connu pour avoir tenté d’assassiner l’ex-journaliste Jean-Pierre Charbonneau dans les locaux du journal Le Devoir en 1973, a fait parler de lui récemment quand une accusation de possession d’arme prohibée à son endroit a été retirée.

Crise de loyauté

«C’est incroyable, tout ce qui se passe cet automne dans la mafia», s’étonne une source bien au fait du milieu.

«Il y a une vraie crise de confiance à l’endroit de Stefano Sollecito, et les membres des différentes cliques (termes utilisés pour définir les groupes qui contrôlent des territoires de vente de drogue et de paris sportifs de la métropole) changent d’allégeance chaque semaine. Personne ne sait dans quelle direction le vent va tourner, alors ils font la girouette», poursuit cette source.

Les différentes enquêtes policières en cours semblent démontrer que la famille Sollecito contrôle toujours le fameux «livre» de la mafia. C’est dans ce carnet comptable que sont consignés les revenus provenant des différentes activités criminelles de la mafia.