/news/consumer
Navigation

Demande de recours collectif contre Air Miles

La disparition de certains milles de récompense est au cœur du litige

Coup d'oeil sur cet article

Parce que leurs points risquent de tout simplement disparaître dès le 1er janvier, des clients de LoyaltyOne, la société qui possède le programme de récompenses Air Miles, déposent un recours collectif pour pratiques déloyales. C’est la firme d’avocats JSS, de Calgary, qui a déposé la requête.

Air Miles a en effet ajouté une clause d’expiration de cinq ans pour les milles de récompense accumulés par ses clients. Ainsi, dès janvier 2017, tous les milles inutilisés recueillis avant 2012 vont disparaître des comptes de leurs clients.

Le recours est fait au nom de tous les Canadiens membres du programme Air Miles — environ 10 millions — et doit être approuvé par un tribunal.

C’est un citoyen de Red Deer, en Alberta, David Helm, qui représente les plaignants dans cette affaire. Il accumule des points depuis 1990.

Dans le document déposé en Cour mercredi, à Calgary, les avocats invoquent les «pratiques déloyales» d’Air Miles.

«Une grande aubaine»

Un grand nombre de milles de récompenses accumulés vont expirer, ce qui entraîne une perte importante pour les clients, «et une grande aubaine pour Air Miles», peut-on lire dans le document de la Cour.

Les utilisateurs du programme Air Miles sont de bonne foi, écrit-on, et font expressément certains achats chez des détaillants participants, afin de gagner ces fameux milles de récompenses. Air Miles, de son côté, bénéficie d’un avantage financier chez ces détaillants. «Les membres du programme s’attendent raisonnablement à être traités équitablement, honnêtement, et de bonne foi par Air Miles.» Ils s’attendent à ce que Air Miles soit tout aussi raisonnable.

Ruée sur les milles

C’est le 28 novembre 2011 qu’Air Miles a annoncé l’implantation de cette nouvelle clause, qui entre en vigueur cinq ans plus tard, soit le 31 décembre 2016.

La poursuite clame que cette annonce a été mal diffusée. Ainsi, le plaignant David Helm a su par un voisin, en 2014, les changements qui s’opéraient chez Air Miles. Il tente d’utiliser ses milles de récompense pour se procurer des billets d’avion vers le Texas, mais sans succès, faute de places. Il pourrait perdre quelque 5000 milles.