/sports/rio2016
Navigation

Nicolas-Guy Turbide remporte le bronze

Nicolas-Guy Turbide
Photo courtoisie Nicolas-Guy Turbide

Coup d'oeil sur cet article

Nicolas-Guy Turbide a dû patienter dix jours avant de prendre le départ de son épreuve de prédilection aux Jeux paralympiques de Rio. Son attente a toutefois été récompensée puisque le paranageur est monté sur la troisième marche du podium au 100 m dos S13, samedi soir.

«Cette médaille est simplement une démonstration du travail et de tous les efforts que j’ai mis dans les dernières années», s’est réjoui l’athlète de 19 ans.

Turbide avait brisé la glace en terminant huitième du 50 m libre, mercredi dernier, mais l’athlète de Québec avait hâte de montrer ce qu’il avait dans le ventre au dos. «Il y avait plus d’anticipation et de l’excitation à participer à mon épreuve que de la nervosité. Mes coéquipiers ont bien performé ces 10 derniers jours et ce sont eux qui m’ont inspiré aujourd’hui.»

Deuxième des préliminaires grâce à un temps de 59,93 s, Turbide a retranché 0,38 seconde en finale, stoppant le chrono à 59,55 s. Ce sont les premières fois que le paranageur passait sous la barre de la minute sur la distance. «Je suis très surpris de mes performances d’aujourd’hui [samedi], mais je pense que je ne devrais pas l’être. Dans une finale aux Jeux paralympiques, il y a une petite dose d’adrénaline qui joue le jeu et qui te donne le dernier souffle à la fin. Deux fois sous la minute en une seule journée pour la première fois, c’est super. Je ne vais pas me plaindre.»

Ihar Boki, du Bélarus, a été le plus rapide de la finale en 56,68 s, améliorant son propre record du monde de 56,74, établi en 2015. Iaroslav Denysenko, de l’Ukraine, a décroché l’argent en 59,02 s.

Les relayeurs canadiens septièmes

La finale masculine du 4 x 100 m quatre nages complétait le programme des épreuves de paranatation aux Jeux paralympiques de Rio.

La formation de l’unifolié, composée de l’Ontarien Alec Elliot au dos, des Québécois James Leroux à la brasse, et Jean-Michel Lavallière au papillon, ainsi que de l’Albertain Zack McAllister au crawl, a fini septième en un temps de 4 min 27,78 s.

Il s’agit d’un record national pour le pays. Le même quatuor avait nagé 4:29,04 lors des derniers Championnats du monde en 2015.

«C’est une de mes meilleures épreuves à vie! L’ambiance a été incroyable encore une fois», a mentionné Leroux.

Deuxièmes avec 50 mètres à parcourir, les Chinois (4:6,44) ont finalement devancé les Ukrainiens (4:7,89) au final pour mettre la main sur la médaille d’or.

Cinquièmes avant la dernière longueur, les paranageurs brésiliens, poussés par les encouragements des spectateurs, ont comblé leur retard sur la troisième place et ont devancé les Australiens quelques mètres avant le mur pour décrocher la médaille de bronze.