/news/society
Navigation

Le curé Labelle fascine encore dans les Laurentides

curé labelle
Photo courtoisie Le curé Labelle a marqué les esprits par sa personnalité et sa détermination à coloniser les Laurentides.

Coup d'oeil sur cet article

Cent vingt-cinq ans après sa mort, le curé Labelle fascine toujours dans les Laurentides, alors que les citoyens se réunissent pour entendre parler de celui à qui l’on doit une bonne partie de la colonisation des «pays d’en haut».

L’historien Richard Lagrange a étudié la vie du curé Labelle et il est très content qu’il revienne dans l’actualité, notamment avec la série Les pays d’en haut, où le comédien Antoine Bertrand a présenté un curé François-Xavier-Antoine Labelle bagarreur et prêt à tout pour imposer ses idées.

Richard Lagrange, historien
Photo Geneviève Quessy
Richard Lagrange, historien

«Une chose est certaine, c’est qu’on ne rapporte nulle part qu’il aurait été un bagarreur, prêt à prendre un bâton pour se lancer dans la mêlée! J’adore la série Les pays d’en haut. Il y a un travail formidable qui a été fait là, mais certains traits du personnage relèvent davantage de la fiction que de la réalité, dit-il.

Conférences

Très populaires, les conférences données par Richard Lagrange sur le curé Labelle font salle comble. «Le personnage nous fascine et il y a de quoi. Brillant, doué même, c’était un homme d’envergure qui s’intéressait à tout, avait son franc-parler, piquait des colères et parlait beaucoup, au point même de continuer à discourir une fois que tout le monde avait quitté la salle!» a raconté M. Lagrange.

Chose certaine, le curé Labelle adorait manger, comme on peut le voir dans la série.

«Plusieurs écrits rapportent qu’il était très gourmand, qu’il lui arrivait de commander deux fois le même repas», raconte l’historien, «et certainement qu’il y avait de la boisson au travers. Par contre, il ne faut pas oublier que ça demeurait un curé.»

Chemin de fer

Grand promoteur de la colonisation des Laurentides et du développement de son chemin de fer, le curé Labelle n’en est toutefois pas l’instigateur, comme on le croit parfois.

«Le mouvement était déjà enclenché, mais il s’en est fait le porte-parole, a usé de son influence et de ses contacts pour faire accélérer les choses. Comme historien, je le vois un peu comme un prophète de la Révolution tranquille. Il avait un pays à faire et ça passait par l’occupation d’un territoire, l’appropriation de ses ressources, l’éducation. Son rêve ultime, c’était l’expansion nationale des Canadiens français jusqu’au Manitoba, où se trouvaient déjà d’autres francophones», a dit l’historien.

Ce rêve jamais abouti, Richard Lagrange a décidé d’en faire le prétexte d’un échange culturel.

En association avec des historiens et des artistes du Québec et du Manitoba, il a mis sur pied une exposition historique et artistique, De la Rouge à la Rouge, présentée cet été à Rivière-Rouge.

«Au moment où le curé Labelle rêvait de voir les colons canadiens-français rejoindre le Manitoba francophone, Louis Riel menait son combat. Le projet De la Rouge à la Rouge nous permet de faire le lien entre ces deux personnages.»

Antoine Labelle

♦ Né en 1833 à Sainte-Rose.

♦ Prêtre catholique romain, il a été curé de la paroisse de Saint-Jérôme de 1868 à 1891.

♦ En janvier 2016, il a été désigné personnage historique par le ministère de la Culture et des Communications. Ce geste symbolique, posé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, coïncide avec le 125e anniversaire de son décès.

Activités à venir

  • Exposition De la Rouge à la Rouge
  • Centre d’exposition de la gare de Rivière-Rouge
  • Du 1er juin au 18 septembre
  • Une exposition thématique réunissant l’histoire et l’art de la rivière Rouge au Manitoba et au Québec

Spectacle Labelle, Légendes du Nord

  • 13 août – Centre sportif et culturel de Rivière-Rouge
  • 24 septembre – Église de Chute-Saint-Philippe
  • 15 octobre – Église de Notre-Dame-de-Pontmain
  • Quinze artistes livrent deux intrigues teintées d’humour, de poésie et de drame

L’exposition collective Habiter le Nord

  • Centre d’exposition de Mont-Laurier