/sports/hockey
Navigation

Shipachev et Dadonov rêvent de LNH

Ils n’ont pu racheter la dernière année de leur contrat à Saint-Pétersbourg

SPO-HKI-WCH-WORLD-CUP-OF-HOCKEY-2016---TEAM-SWEDEN-V-TEAM-RUSSIA
Photo AFP Les attaquants russes Vadim Shipachev et Evgeny Dadonov ont hâte à la prochaine saison pour pouvoir négocier avec des équipes de la LNH.

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Il y a quatre représentants de la KHL au sein de l’équipe russe à la Coupe du monde. Si Pavel Datsyuk a choisi de rentrer chez lui à 38 ans, Vadim Shipachev et Evgeny Dadonov n’ont pas caché leur désir de faire le chemin contraire.

Au cours des derniers mois, les noms de Shipachev et de Dadonov ont alimenté les rumeurs. Les deux attaquants du SKA de Saint-Pétersbourg ont attiré les regards de plusieurs équipes de la LNH, surtout lors du Championnat du monde qui se déroulait justement dans la magnifique ville de Saint-Pétersbourg et dans la capitale russe, Moscou.

Shipachev et Dadonov ont mis une croix sur leur projet de passer à l’Ouest pour une raison bien simple.

«Il me restait une saison à mon contrat à Saint-Pétersbourg, a expliqué Shipachev par l’entremise d’une interprète qui traduisait du russe à l’anglais. J’ai essayé de racheter la dernière année de mon entente, mais ce n’était pas possible. Je devrai rester patient.»

«Mon agent a parlé à quelques équipes ce printemps, mais je me retrouvais dans la même situation que Vadim, a renchéri Dadonov dans un très bon anglais. J’ai encore une année à mon contrat à Saint-Pétersbourg. Je ne pouvais pas racheter mon contrat.»

Un autre défi

Âgé de 29 ans, Shipachev est l’un des meilleurs attaquants de la KHL. L’an dernier, le rapide joueur de 6 pi et 187 lb a terminé au quatrième rang des meilleurs marqueurs du circuit avec 60 points (17 buts, 43 passes) en 54 rencontres. Il avait maintenu un rythme aussi élevé en séries avec 16 points (7 buts, 9 aides) en 15 matchs.

«Honnêtement, je crois qu’il n’a plus rien à prouver dans la KHL, a affirmé le défenseur du Canadien et de l’équipe russe, Alexeï Emelin. Il est un attaquant très doué, il pourrait avoir un impact dans la LNH.»

Shipachev, qui gagnerait plus de cinq millions à Saint-Pétersbourg, a dévoilé une partie de ses plans pour le futur.

«J’aimerais vivre l’aventure de la LNH, a-t-il dit. Je serais curieux de voir comment je me débrouillerais dans cette ligue. Je voudrais m’offrir un autre défi. Quand mon contrat se terminera, je serai intéressé à parler aux équipes de la LNH.»

Au cours des dernières semaines, Shipachev et son agent, Petr Svoboda, ont eu des discussions avec certaines équipes de la LNH.

«Il y avait trois ou cinq équipes qui cognaient à ma porte, a-t-il précisé. Mais je ne savais pas les noms des équipes. Mon agent s’occupait de cette portion.»

Le SKA de Saint-Pétersbourg, l’équipe de Datsyuk et d’Ilya Kovalchuk, a toutefois rapidement brisé ses plans en refusant de le libérer de la dernière année de son entente. Et Shipachev n’a pu imiter Sergeï Plotnikov qui avait lui-même payé une portion de son rachat pour quitter la KHL l’été dernier au profit de Pittsburgh.

Le CH actif

Si Shipachev n’a pas voulu dire s’il avait parlé à Marc Bergevin et au Canadien, Dadonov a confié que c’était le cas pour lui.

«Mon agent m’a dit qu’il avait parlé à Montréal une fois, mais il était déjà trop tard pour moi, a-t-il précisé. Je ne pouvais pas négocier avec eux puisque je savais que c’était impossible de briser mon entente dans la KHL.»

Dadonov, un ancien choix de 3e tour des Panthers de la Floride en 2007, a amassé 46 points en 59 matchs l’an dernier à Saint-Pétersbourg. Il est âgé de 27 ans. Contrairement à Shipachev, il a déjà goûté à la LNH, y jouant 55 matchs pour les Panthers entre les saisons 2009-2010 et 2011-2012.

«C’est encore mon rêve de jouer dans la LNH, a-t-il souligné. Je considère qu’il s’agit de la meilleure ligue du monde. Je voudrais prouver que je peux jouer et obtenir un rôle important dans la LNH.

«Il y a cinq ans, j’ai décidé de retourner en Russie, a-t-il continué. À l’époque, j’étais possiblement trop jeune pour bien comprendre la chance que j’avais d’être dans la LNH. Je manquais de patience.»

Ivan Telegin est l’autre attaquant de l’équipe russe qui joue dans la KHL (CSKA Moscou). Il appartient aux Jets de Winnipeg.

« Radulov devrait être ici »

– Dadonov

SPO-HKI-WCH-WORLD-CUP-OF-HOCKEY-2016---TEAM-SWEDEN-V-TEAM-RUSSIA
Photo AFP

Evgeny Dadonov marchait un peu sur des œufs en répondant à une question sur l’absence d’Alexander Radulov au sein de son équipe à la Coupe du monde, mais il a finalement cassé quelques coquilles.

«Je ne suis pas le président de notre équipe, c’est difficile pour moi d’y répondre. Mais il devrait être ici. Chaque fois que Radulov a la chance de représenter notre pays, il est l’un de nos meilleurs attaquants.»

Oleg Znarok, l’entraîneur en chef de la Russie, a justifié l’absence de Radulov en raison de son bilan médical.

«Il avait subi des blessures en fin de saison, a-t-il dit avant le premier match de la Coupe du monde. Quand nous devions choisir notre équipe à la fin mai, il y avait encore des doutes à son sujet.»

Znarok a refusé de faire un lien entre son exclusion et son refus de participer au dernier Championnat du monde en Russie. Au mois de mai, Radulov avait préféré faire une tournée en Amérique du Nord afin de rencontrer quelques dirigeants d’équipes de la LNH, dont Marc Bergevin. À l’origine, Radulov avait dit qu’il partait pour New York pour consulter des médecins. Les dirigeants russes n’avaient pas aimé ce petit mensonge.

Un attaquant puissant

Ancien rival de Radulov dans la KHL, Dadonov porte en très haute estime le nouvel attaquant du Tricolore.

«Je crois honnêtement que Radulov est l’un des meilleurs attaquants du monde, a mentionné l’ailier de l’équipe russe et du SKA de Saint-Pétersbourg dans la KHL. Il sera bon dans la LNH et à Montréal. Il aidera le Canadien. Il était possiblement le joueur le plus dominant dans la KHL et je ne parle pas uniquement pour les buts et les points. Mais plus pour sa façon de jouer, il est vraiment combatif.»

«Il apporte tellement d’énergie à son équipe, a-t-il continué. C’est un aspect dont on ne parle pas assez de lui, mais il est très physique.»

À Saint-Pétersbourg depuis quatre ans, Vadim Shipachev a aussi joué à plusieurs reprises contre Radulov dans la KHL lorsqu’il portait les couleurs du CSKA de Moscou.

«Je crois qu’il aura du succès dans la LNH, a-t-il prédit. Je dirais même que je n’ai aucun doute. Radulov sera un très bon joueur dans la LNH. Il fera le bonheur de sa nouvelle équipe [Montréal].»