/opinion/columnists
Navigation

L’immigration et le Québec

Coup d'oeil sur cet article

Dans le film culte Le déclin de l’empire américain, le réalisateur Denys Arcand cite Arnold Toynbee: «La loi du nombre est incontournable.»

Nos ancêtres l’avaient compris. Sous l’impulsion du clergé, la natalité était une valeur collective. Tant qu’ils faisaient des enfants, les Québécois avaient un avenir. C’était la revanche des berceaux sur la conquête anglaise.

Plus tard, la pilule récompensait les mères de chez nous. Finis les enfants à la douzaine. Les utérus québécois ont peu à peu rapetissé. Jusqu’à faire plonger les statistiques de natalité.

L’immigration n’est pas notre planche de salut, au Québec. Car l’immigration, avec la loi 101, même affaiblie, n’assurera pas la pérennité de ceux qu’on appelait les Canadiens français. Si les immigrants se refusent à apprendre le français et que le gouvernement québécois laisse à chacun le droit de vivre à sa manière sans tenir compte des contraintes de l’intégration, nous disparaîtrons.

La domination de l’anglais

Le Canada anglais ne craint rien, car ses immigrants apprennent l’anglais sans protester. Sa vision du vivre ensemble envoie les nationalistes québécois dans les cordes. Car pour eux, la langue ne garantit pas seule la protection de l’identité québécoise. Des revendications religieu­ses sont aussi un obstacle à cette valeur moderne qu’est la laïcité pour nous. Ce qui pose, au-delà de la langue, un défi culturel.

Le Québec ne peut donc pas ouvrir ses frontières aux immigrants actuels s’il n’a pas les moyens matériels de les franciser et la volonté politique de faire triompher une conception de la laïcité distincte de celle du Canada anglais. Nous serons inévitablement accusés d’être xénophobes, voire islamophobes, car notre vision des rapports sociaux s’éloigne de celle du Cana­da anglais.

Faut-il répéter que cette impasse dans laquelle nous sommes, nous, Québécois francophones, est le résultat de l’échec de deux référendums? Et que le «jamais deux sans trois» s’applique ici.