/finance
Navigation

Qu’est-ce que l’infonuagique?

Qu’est-ce que l’infonuagique?
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Ce sont toutes les données des ordinateurs qui «flottent» dans un nuage, le «cloud». Dans les faits, ils sont stockés par des mégaserveurs qui les conservent et les rendent accessibles là où vous voulez, quand vous voulez, à partir de l’ordinateur, du téléphone intelligent ou de la tablette de votre choix.

L’infonuagique est un genre de disque dur, mais que vous n’avez pas à conserver à vos bureaux.

Les services infonuagiques proposés pour les entreprises comprennent le courriel sur le web, la gestion des informations, ou les services de stockage de données.

Au départ réservé surtout aux grandes entreprises, le phénomène prend de plus en plus d'ampleur chez les PME, qui y voient d’indéniables avantages. Deux des géants du secteur, Google et Microsoft (avec le très populaire Office 365), ont des taux de croissance annuels respectifs de 162 % et 100 %!

Vos données en sécurité

Avec vos données sur les «nuages», vous ne craignez plus de les perdre advenant un sinistre, un vol ou un bris technique majeur. Vos appareils peuvent être détruits, endommagés ou disparus, mais pas ce qu’ils contiennent, ce qui est généralement l’essentiel.

Les entreprises oeuvrant dans l’infonuagique, que ce soit les «Big Four» (Amazon, IBM, Microsoft ou Google) ou les québécoises Vidéotron ou Cogeco, se targuent d’utiliser les contrôles de conformité et les normes de sécurité des informations et des données les plus élevés.

Les données dans les nuages sont beaucoup plus difficiles à pirater que si elles sont dans les serveurs d’une PME, qui n’a pas les mêmes ressources à sa disposition.

Cela dit, le risque zéro n’existe pas.

Malgré des assurances tous azimuts sur le blindé des systèmes, des pirates futés peuvent casser la voûte. La dernière en date: DropBox. Le piratage de près de 69 millions de comptes a eu lieu en 2012, mais ce n’est que cet été qu’il a été révélé.

Pour les entreprises, les questions de sécurité demeurent un enjeu, dit Martine Hébert, vice-présidente de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), qui a publié un guide pratique à l’usage de ses membres, dont l’intérêt pour l’infonuagique est croissant.

«Les avantages sont indéniables. Mais ça reste sur le web. Si vous mettez des renseignements personnels de vos clients dans les nuages, vous demeurez responsables. Vous devez donc bien évaluer le risque de protection des renseignements.»

Accessibilité et partage de l’information

Autre avantage de l’infonuagique: le partage des données.

En les stockant hors d’un site, les services infonuagiques offrent aux entreprises la possibilité d’y avoir accès par Internet depuis pratiquement n’importe où.

Vous pouvez créer, modifier, et partager vos documents avec vos collègues en temps réel. Cela permet à plusieurs membres d’une même équipe de travailler sur un même document dans des lieux différents, au moment qui convient à chacun. Certains logiciels, comme Office 365, permettent même de travailler dans le même document, en même temps. Idem pour les calendriers de production et différents outils de partage de contenu.

D’importantes économies

Avant, les PME devaient débourser d’importantes sommes pour acheter les logiciels, puis pour les frais d’entretien et de mise à niveau.

Ce n’est plus le cas avec l’infonuagique. D’abord, les services sont simples à installer, de même qu’à utiliser.

Et plus besoin d’injection de capitaux dans l’achat de technologies onéreuses. «Les entreprises qui font appel à un fournisseur de services infonuagiques peuvent réaliser des économies, car elles n’ont plus à investir dans l’infrastructure de la technologie de l’information ni dans du matériel ou des licences pour utiliser des logiciels», dit Martine Hébert, de la FCEI.

On s’abonne à un service, on ne l’achète pas.

Les dépenses de fonctionnement mensuelles seront donc liées au nombre d'utilisateurs et à l'intensité de l'utilisation, et non pas dans du matériel «tangible».

Conseils pratiques

Martine Hébert, vice-présidente de la FCEI, conseille à tous ceux qui veulent passer aux «nuages» de bien s’informer, et de poser les bonnes questions. Pour cela, n’hésitez pas à vous faire bien accompagner dans vos démarches.

►Avant de vous abonner à un forfait mensuel de stockage de données, vérifiez vos besoins réels, conseille-t-elle. «Bien des entreprises vous conseilleront un stockage plus élevé – et plus cher.»

►Les dépenses de fonctionnement mensuelles sont liées au nombre d'utilisateurs et à l'intensité de l'utilisation. Il faut donc s’assurer d’avoir la bonne capacité de données internet, afin de ne pas payer des surplus d’utilisation chaque mois.

►Il faut s’assurer de l'harmonisation et de la standardisation des données. Cela ne pose pas de problèmes lorsqu'on n’utilise qu’un seul système source, mais l’infonuagique peut en offrir plusieurs.

►L’infonuagique, avec «tous ses indéniables avantages», pose des risques au niveau juridique et pour la réputation, ajoute Martine Hébert: «posez-vous les questions suivantes afin de protéger votre entreprise: le prestataire de service respecte-t-il les normes de protection des renseignements personnels que vous avez définies?  Des procédures sont-elles prévues pour assurer la sécurité de vos données? Quel est le risque qu’un prestataire de service d’infonuagique perde vos données ou ne vous les restitue pas?»

Bref, applique-t-il les normes de sécurités les plus élevées de l’industrie ?

►Enfin, assurez-vous que vos données restent bien les vôtres et qu’elles ne soient pas mises à la disposition d’autres individus à des fins de suivi ou de publicité, avise la FCEI. Normalement, les PME ont des contrats béton qui leur assurent la propriété de toutes leurs données.

Notez qu’à l’heure actuelle, la jurisprudence québécoise reste muette sur l’interprétation des lois applicables à l’infonuagique.