/finance/business
Navigation

Vidéotron investit dans la 5e révolution des télécommunications

Manon Brouillette
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean Manon Brouillette

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – La cinquième révolution des télécommunications, c’est pour demain, et Vidéotron entend bien en être un leader.

«L’internet des objets et la vie intelligente, ça va frapper dans cinq ans, dix ans. Les opportunités économiques seront exceptionnelles», a dit Manon Brouillette, présidente et chef de la direction de Vidéotron, devant un parterre de gens d’affaires, réunis par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Les personnes, les objets, les données, les processus: tout sera interconnecté, en temps réel, grâce à une performance accrue des réseaux, qui seront plus rapides, plus denses, plus réactifs.

«On deviendra un monde 100 % connecté. Nos vêtements, nos voitures, notre frigo et même nos plantes vertes, qui recevront de l’eau déjà programmée», dit Manon Brouillette.

D’ici 2020, 50 milliards d’objets seront connectés, selon la firme MacKenzie, qui évalue le marché à 1100 milliards $ par année. «Il y aura des occasions exceptionnelles», a affirmé Manon Brouillette.

Les applications concrètes de cette révolution sont infinies, poursuit-elle. Elles permettront d’améliorer la productivité (notamment dans le domaine de la santé) et d’éviter quelques soucis. «Les maisons seront munies de capteurs, explique Manon Brouillette. Par exemple, s’il y a un dégât d’eau chez vous, en ce moment, au mieux vous recevez un texto qui vous en avise. Dans une ville intelligente, le réseau d’aqueduc reçoit aussi cette information, bloquant du coup l’aqueduc qui se déverse chez vous, limitant ainsi les dégâts.»

Un premier labo de vie intelligente

Vidéotron est passée de câblodistributeur traditionnel à un joueur majeur des télécommunications, a souligné Mme Brouillette. L’entreprise veut maintenant profiter de cette explosion des données pour mieux comprendre les besoins de ses clients. «Ultimement, ce sont eux qui décideront quelles applications seront vraiment utiles.»

De nouvelles industries verront le jour, comme la cueillette, le traitement, l’analyse et l’interprétation de ces données. «Avec ses grappes en TI, ses 170 000 étudiants et ses lieux d’innovation, Montréal peut devenir un leader de la vie intelligente», a soutenu Manon Brouillette.

Mardi matin, elle inaugurait, en compagnie des dirigeants d’Ericsson, de l’ÉTS, et du Quartier de l’Innovation, tous présents à sa conférence, une autre pièce maîtresse: le premier laboratoire à ciel ouvert de la vie intelligente au Canada. Il est situé dans le Quartier de l’Innovation, dans Griffintown. «Ce sera un formidable terrain de jeu, où Vidéotron va aller s’amuser.»

Le laboratoire se veut un modèle de collaboration où la communauté, la municipalité, l’enseignement supérieur, l’industrie manufacturière et l’industrie des télécommunications cohabiteront pour participer à cette révolution technologique.