/finance/news
Navigation

Négociez votre renouvellement d’hypothèque!

BASE 50
Illustration fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Vous sauverez presque le coût d’une voiture! Un peu plus du quart des propriétaires laissent leur hypothèque se renouveler automatiquement. Cette nonchalance leur coûte très cher.

Prenez le cas d’un de mes amis qui avait un prêt hypothécaire résidentiel à taux fixe fermé à 5 % à sa caisse populaire. Il reçoit un avis comme quoi l’échéance de cinq ans arrive à son terme à la fin du mois.

Or, il part pour un voyage de trois semaines en Europe après-demain et il est littéralement débordé. Son premier réflexe: «J’ai pas le temps.» Mais mon ami a écouté sa petite voix intérieure et a appelé sa caisse. Après cinq minutes de musique d’ascenseur et un petit échange de 10 minutes, celui-ci lui a offert un taux «cinq dans un fermé» de 2,94 %.

Quel fut le rendement de ces 15 minutes? En tenant compte du solde à payer sur sa maison et des intérêts sur 10 ans avec une différence de plus de 2 %, on parle d’une négo à 1000 $ la minute!

Mon ami a calculé qu’il payait plus des trois quarts de sa prochaine voiture neuve avec ce qu’il venait d’économiser, taxes incluses.

Magasinez !

Normalement, un prêteur hypothécaire doit vous envoyer un avis une vingtaine de jours avant le terme de votre hypothèque. S’il vous offre un nouveau taux, ne le rappelez pas et magasinez.

Ayez comme principe de consulter les sites internet d’au moins trois institutions financières et d’au moins un courtier hypothécaire, comme Multi-Prêts ou Hypotheca: vous trouverez certainement un meilleur taux que l’offre de votre prêteur actuel.

Ne vous fiez même pas à ces taux! Appelez ces institutions ou le courtier. Il est fort possible qu’on vous propose un rabais additionnel par rapport au taux officiel affiché sur leur site internet. Désormais, vous êtes en meilleure position pour négocier avec votre prêteur actuel.

Pourquoi rester avec celui-ci? Certains prêteurs imposent toutes sortes de clauses à leurs contrats hypothécaires, qui se traduisent par des frais souvent salés de plusieurs centaines de dollars (transfert, notaire, évaluation) pour leurs clients infidèles.

Au moment de négocier le contrat, refusez les offres d’assurance vie ou invalidité de votre prêteur: vous obtiendrez cette couverture à bien meilleur taux chez un courtier d’assurance ou avec votre employeur.

Marge de crédit hypothécaire

Si vous le pouvez, optez pour une marge de crédit hypothécaire. Cette forme de prêt exigera de la discipline de votre part, mais elle est moins onéreuse que les hypothèques subsidiaires (ou parapluie) et permet une marge de manœuvre pour rembourser vos autres prêts (cartes de crédit, prêts ou marges personnelles).

Et dans quelques années, vous pourrez même effectuer des rénovations sans renégocier l’hypothèque (et les frais de notaire que cela entraîne).

Enfin, comparez les pénalités avant terme (en cas de vente de la propriété) de votre prêteur actuel et celles de votre nouveau prêteur: exigez la moins onéreuse (un divorce ou un transfert dans une autre ville est si vite arrivé...).

Négociez serré

  • Certains prêteurs paient les frais de transfert ou d’évaluation pour obtenir votre clientèle.
  • Attention aux remises en argent si elles s’accompagnent d’un taux élevé.
  • Vous pouvez menacer de déménager REÉR, CÉLI et compte courant ailleurs...