/news/currentevents
Navigation

Arrestation d’Alexis Vadeboncoeur: un policier aurait demandé si la vidéo de l’arrestation pouvait s’effacer

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES | Un gardien de sécurité du cégep de Trois-Rivières dit qu’un policier lui a demandé si la vidéo dans laquelle on voit Alexis Vadeboncoeur se faire rouer de coups pouvait s’effacer.

Le gardien de sécurité du cégep Claude Gauthier dit lui-même avoir fait «une bêtise» en disant à un policier de Trois-Rivières le soir même de l’arrestation violente d’Alexis Vadeboncoeur que tout avait été filmé par une caméra de surveillance.

Lorsqu’il donnait sa déposition à deux policières venues prendre sa version des faits, il a fait jouer la vidéo, en voulant les aider. Une policière serait immédiatement sortie du local pour communiquer avec quelqu’un.

Toujours le même soir, deux policiers masculins seraient venus lui rendre visite.

Marc-André St-Amant suivi de Kaven Deslauriers, de Dominic Pronovost et de Barbara Provencher sont accusés de brutalité policière.
Photo Amélie St-Yves
Marc-André St-Amant suivi de Kaven Deslauriers, de Dominic Pronovost et de Barbara Provencher sont accusés de brutalité policière.

Claude Gauthier a raconté au tribunal qu’un d’eux a dit que les policiers ne pouvaient pas aller en cour avec ces images, car ça allait se retourner contre eux.

Toujours selon le gardien, l’autre a demandé si la vidéo pouvait s’effacer.

Michel Gauthier aurait répondu que non, que ça reste dans le système 30 jours. Un policier se serait ensuite pris la tête avec les mains pour quitter la pièce.

Le témoin était incapable d’identifier les deux hommes venus le voir, se contentant de dire qu’un avait le crâne rasé, et que l’autre avait les cheveux noirs.

Appelé à témoigner lors du procès des policiers Barbara Provencher, Marc-André St-Amant, Dominic Pronovost et Kaven Deslauriers accusés de brutalité policière, Michel Gauthier a dit qu’il n’aurait pas dû informer la police de la vidéo.

Ces images ont été déposées en preuve vendredi. On y voit Alexis Vadeboncoeur jeter son arme au sol, et se coucher sur le ventre les bras en croix, pour ensuite être roué de coups de pieds et de coups de poing.

Lorsqu'elle avait été médiatisée, cette vidéo avait rapidement fait le tour du pays.