/news/currentevents
Navigation

Un Français de 61 ans venu au Québec pour assouvir des fantasmes envers une ado

Claude Auguste Piant
Photo collaboration spéciale, Éliane Thibault

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE – Des révélations troublantes ont été dévoilées dans le dossier d'un ressortissant français de 61 ans venu au Québec pour avoir des contacts sexuels avec une adolescente de Sherbrooke.

Claude-Auguste Piant est accusé de leurre informatique, incitation à des contacts et contacts sexuels en plus d'agression sexuelle.

Dans les motifs fournis dans le mandat émis pour la perquisition du logement loué par Claude Auguste Piant à Sherbrooke, on y apprend que le sexagénaire a quitté la France pour venir au Québec et réaliser ses fantasmes. Ceux-ci consistaient à avoir une relation sexuelle complète avec une adolescente de 15 ans, si elle y consentait.

La jeune fille concernée serait tombée amoureuse de lui après une relation virtuelle de six mois.

Des centaines de photos nues et suggestives ont été échangées entre l’homme et la jeune fille. Piant dit en être responsable.

«Il voulait quelque chose de physique, était avide de ces photos, c'était sa drogue», peut-on lire dans une déclaration faite aux policiers.

Quand il est arrivé à Sherbrooke le 10 septembre, la jeune fille l'attendait au terminus d'autobus pour l'accompagner à son logement de l'ouest de Sherbrooke.

L'homme avait loué une chambre dans un immeuble de la rue Galt Ouest. Jean-Guy Côté partageait le logement avec l'accusé. Il croyait que la jeune femme qui l'accompagnait était sa fille ou une membre de sa famille.

«Elle ne m'apparaissait aucunement inquiète et plutôt calme. Elle m'a dit son nom, mais pas son âge. Je trouvais qu'elle avait l'air plutôt jeune, mais je n'en ai pas fait de cas, elle était plutôt occupée à texter sur son cellulaire», a ajouté M. Côté.

En après-midi, le samedi 10 septembre, Claude-Auguste Piant et l'adolescente se sont rendus dans un boisé du Lac des Nations, loin des regards indiscrets, pour se livrer à des attouchements.

De retour au logement, ils se sont enfermés dans la chambre de l'homme pour avoir des contacts sexuels sans toutefois aller plus loin, la jeune fille refusant d'avoir une relation sexuelle complète.

Le service d'identité judiciaire a passé la chambre au peigne fin et a effectué des prélèvements d'ADN.

Lors de la perquisition, les policiers ont saisi des cordes de nylon, des plumes et des huiles essentielles qui devaient servir à des jeux sexuels.

Le journal «L'Est républicain» d'Alsace-Lorraine a rapporté l'arrestation de l'homme. Des proches ont déclaré au journaliste être au courant de son désir de venir en Amérique pour vivre une histoire d'amour avec une femme rencontrée sur l'internet, mais ils ignoraient son âge.

Claude Auguste Piant a renoncé à son enquête sur remise en liberté n'ayant aucune garantie à offrir au tribunal. Il souhaite régler son dossier judiciaire le plus rapidement possible et doit revenir devant la cour le 31 octobre.